Wednesday, April 21, 2010

Mayo : Connacht (Ireland)

According to the present state of archaeological knowledge, the first people arrived in Ireland sometime before 7000 BC during what is called the Mesolithic period. They were nomadic tribes of hunters and fishing people who built no permanent structures such as houses or tombs. The first colonisation of Mayo probably took place during that period. See here for more info on Mayo's history.



  • Sample :
Full scale


  • Brief anthropological analysis :

- Type 1 : Light complexion (pinky undertones, light blue eyes, blonde hair, ...), leptomorphic, long and convex nose rather parallel to the face, high cheekbones, close-set eyes, rather angular and pointy chin, large jaw
~ Dinaricized Atlantid aka "Keltic Nordic"




This type constitutes a basic "Celtic" insular phenotype : it is quite prevailing in this part of Ireland. When darker (let's add a rather triangular and "horsy" face) some individuals approach Atlanto-Med types from the Atlantic (western France, northern Spain, ...) as well as some Belgian types from Flanders.





- Type 2 : Intermediate complexion (light skin, light eyes, ...), brachymorphic, chubby features, rather low-rooted and little broad nose that can get convex, wide forehead, large and strong jaws, prominent chin, wide-set eyes
~ Alpinoid/Brünn




A very classical pan-British phenotype, it has attracted many authors who used this type to define Britishness. Many individuals (mostly women) also show classical "Celtic" dinaromorphism in transition with the first type. When combined with green-grey eyes, this type exhibits a true Irish flavour.





  • Final morphotypes :

68 comments:

  1. Whoever said that Irish and Basques have similar looks was very wrong. I can hardly detect a single clearly "Basque-looking" face here (there are some that might be in the range but not too obvious), nor Iberian-looking either.

    And sure, this time I'm going to agree with your classification grosso modo: there are two types of Irish: longfaced and roundfaced. The latter look typically "Leprechaun" if blond. :)

    ReplyDelete
  2. I tend to think that type 1 individuals are not dissimilar from Western French people in a broad sense but clearly, apart from being rather leptomorphic and rather long-nosed, they don't share much with archetypal Basque phenotypes. I must say that I still hesitate when it comes to define what could be a typical Basque phenotype. Once I have uploaded more samples, I'll try to illustrate phenotypes.

    Funnily enough, it looks like Celtic people from Western Britain do show more analogies with Atlantic Europe than the Irish do. As for Type 2, it's clearly unique to Ireland.

    ReplyDelete
  3. Voici maintenant quelques mois que j’ai découvert votre blog, et j’en observe le développement avec assiduité.
    Je suis parfois en désaccord – puis-je me permettre de le préciser d’emblée ? - avec la façon dont vous classez les « portraits », mais mon opinion n’est que celle d’un simple profane et, j’en suis bien conscient, « la critique est aisée mais l’art est difficile ». En tout cas, votre blog a d’abord le mérite d’exister et, en tout état de cause, ses qualités l’emportent de loin sur ses éventuels petits défauts.

    Bien que n’étant pas Gascon, j’ai aussi jeté un coup d’œil attentif sur votre blog consacré à la Gascogne.

    Je désirerais d’ores et déjà vous demander si vous auriez un autre « échantillon » irlandais en réserve. S’il vous était, de plus, possible d’en créer un sur, respectivement, les comtés de Galway, de Clare et de Cork, je vous serais d’avance reconnaissant.

    ReplyDelete
  4. Merci pour votre assiduité ! N'hésitez surtout pas à commenter et à indiquer de quelle manière vous auriez plutôt classifié tel ou tel échantillon : la seule valeur ajoutée que je me reconnaisse est celle de mettre à disposition une base de données brute, mes classifications sont accessoires, aléatoires, parfois incohérentes, elles ne sont qu'une proposition sans valeur normative.

    Je n'ai pas à disposition immédiate un échantillon irlandais autre que les deux "samples" déjà mis en ligne. Je peux y remédier, quel comté plus précisément souhaitez-vous ?

    ReplyDelete
  5. L’échantillon que je souhaiterais prioritairement devrait être représentatif du comté de Galway. Ultérieurement, un échantillon du comté de Clare, puis un autre du comté de Cork seraient les bienvenus.


    A propos des personnes originaires du comté de Mayo qui sont réunies ici, je note que vous écrivez :

    « Funnily enough, it looks like Celtic people from Western Britain do show more analogies with Atlantic Europe than the Irish do. As for Type 2, it's clearly unique to Ireland. »

    Il est possible, en effet, que les Celtes de l’ouest de la Grande-Bretagne présentent davantage d’analogies avec l’Europe atlantique que les Irlandais, mais en ce qui concerne le type 2 de cet échantillon, je ne suis pas convaincu qu’il soit clairement unique à l’Irlande. Il existe au moins une région, en Europe continentale, où on peut le considérer comme bien représenté, à moins de donner à des différences de détail une importance excessive.

    Peut-être, d’ailleurs, êtes-vous parvenu à cette conclusion depuis que vous avez écrit la phrase citée.

    En tout cas, les habitants du comté de Mayo rassemblés dans ce groupe montrent avec ceux de cette région continentale des rapports suffisamment nombreux et précis (et je ne parle pas seulement du type 2) pour que l’on soit amené à se demander si ce comté irlandais n’aurait pas été peuplé, dans une large mesure, lors d’une migration – éventuellement étendue dans le temps - dont le point de départ aurait été, précisément, ladite région et qui ne pourrait guère avoir eu lieu qu’avant l’ère chrétienne. Les visages irlandais exposés ici constitueraient alors rien moins que le reflet de cette hypothétique migration…

    Je fais actuellement une petite étude comparative sur cette région du continent en utilisant les photos de votre blog.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  6. Ces Irlandais du comté de Mayo ont tout l’air d’être des … Vendéens ! En entendant ce terme – qui, évidemment, est à certains égards impropre - dans un sens « large », c’est-à-dire celui de « personnes originaires du territoire de la Vendée militaire », qui est plus vaste que la Vendée départementale.

    J’ai comparé visage par visage cet échantillon irlandais avec trois échantillons vendéens : ceux de Noirmoutier, de Challans et de Cholet.

    Voici le résultat de cette comparaison. (Avec les abréviations suivantes : Nm : Noirmoutier ; Ch : Challans ; Cl : Cholet. Les « numéros »sans abréviations sont ceux du comté de Mayo. Quand la ressemblance m’a semblé particulièrement nette, j’ai ajouté le signe +).


    A1 <-> Ch D7
    A2 <-> Pas de visage vraiment proche dans les trois échantillons considérés. On peut cependant se reporter aux échantillons angoumois, rassemblés dans une autre région d’entre Loire et Gironde, et mettre A2 en rapport avec Angoulême B2 et C4, en notant au passage la ressemblance entre Mayo A3 et Angoulême B3.
    A3 <-> Nm A4, Ch C3, Cl B3, Cl C7+
    A4 <-> Nm A4
    A5 <->
    A6 <-> Nm B3, Cl A3, Cl A5
    A7 <-> Ch D7, Cl B7
    A8 <->
    B1 <-> Nm C4
    B2 <-> Nm B4, Nm D3, Cl D3+
    B3 <-> Ch D8, Cl D2
    B4 <->
    B5 <-> Ch C1
    B6 <->
    B7 <-> Nm B7+
    B8 <-> Nm D8
    C1 <-> Nm B5, Cl C4+
    C2 <-> Nm D6, Cl B6+
    C3 <->
    C4 <-> Ch A3
    C5 <-> Nm C3
    C6 <-> Cl B4
    C7 <-> Nm C4, Ch D2+
    C8 <-> Ch D1, Cl C3+
    D1 <-> Nm B1, Cl B1+
    D2 <-> Nm C5, Ch C4
    D3 <-> Nm B7, Ch B4, Cl C7
    D4 <-> Ch C5
    D5 <-> Nm D3+, Cl D6+
    D6 <-> Nm D1+, Ch D4
    D7 <-> peut-être Nm C8 (!) et Cl A5
    D8 <-> Nm A3


    Certains visages n’ont pas trouvé de « pendant » dans les trois échantillons vendéens, mais, à l’exception d’un seul, ils correspondent à des types généraux constitutifs de la population vendéenne. L’exception est bien sûr A5, type nordique dont il ne serait sans doute pas facile de déceler l’équivalent chez les Vendéens.


    Il semble que, il y a bien des siècles, on s’est embarqué en masse, depuis la Basse-Loire et le territoire qui porte aujourd’hui le nom de Vendée, vers Iuerion, c’est-à-dire, en celtique, « le pays opulent, fertile » : l’Île Verte.

    Il a dû se passer pour l’Irlande et certaines régions de la Grande-Bretagne ce qui s’est passé dans les temps modernes pour le Canada français, et notamment pour l’Acadie : les habitants du Bas-Poitou (Vendée) et des régions voisines s’y sont implantés en grand nombre.


    Il ne faudrait cependant pas tirer de cette comparaison la conclusion – excessive – d’une quasi-identité entre les Vendéens actuels et les habitants du comté de Mayo. Il existe indéniablement une ressemblance, mais la population du comté de Mayo comprend (apparemment surtout du côté masculin) une composante « germanique » (nordique, Brünn, Borreby) qui doit être plus marquée que cet échantillon ne le montre et qui est assez marginale en Vendée. Telle est, du moins, l’impression que m’ont donnée deux autres groupes d’habitants de ce comté.

    On peut remarquer que la relation proportionnelle entre les types atlantides et les types alpins est à peu près la même dans cet échantillon irlandais et les trois échantillons vendéens.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  7. La Vendée que vous décrivez, ce sont tout simplement les terres pictaves (et en l'espèce, les parties costales), entre la baie de La Rochelle et la Loire, un sous-ensemble ethno-culturel de la France de l'Ouest bien identifié. (Et je crains que les nationalistes bretons aient tort de considérer le Pays de Retz comme un pays véritablement breton, car s'il existe indubitablement un faciès breton, alors le Sud-Loire n'est pas constitutif d'une Bretagne ethnique).

    Je crois que vos comparaisons sont pertinentes mais plus largement, il me semble que ce sont toutes les populations atlantiques qui ont un air de famille, aux adstrats près. Ainsi, il n'est pas rare de trouver des personnes aux affinités "celtes" jusqu'au Portugal. Maintenant, il est des affinités plus stupéfiantes sans qu'on puisse dire ce qu'elles valent : ainsi, je trouve que les Portugais ressemblent beaucoup à certains Bretons, certains Gallois plutôt aux habitants du SO de la France, de manière générale il existe des affinités entre les populations flamandes et britanniques, sans que je sache dire grand chose sur les Normands qui m'apparaissent toujours très distincts.

    Les dernières découvertes tendraient à montrer que la population des îles britanniques est issue d'une population habitant la France du NO, entre Bretagne, Normandie et pays ligériens.

    ReplyDelete
  8. Merci d’avoir pris le temps de vous pencher sur la série de comparaisons que j’avais postée.

    Je ne relèverai pour le moment que ce que vous écrivez sur le Pays de Retz.
    Anthropologiquement, la Loire est donc bien, dans cette région, une frontière ?
    C’est fort possible en effet.
    Si vous avez un échantillon en réserve sur le Pays de Retz, je suis intéressé.

    Même si les cartes linguistiques ne le montrent pas toujours, le breton a été parlé au Pays de Retz (ou dans certaines parties du Pays de Retz) au moyen-âge, concurremment, peut-être, avec le dialecte roman local. Mais ceci n’implique pas une forte implantation insulaire ou nord-ligérienne.

    Il existe un interminable débat sur la bretonnité et la « poitevinité » ou « pictavité » du Pays de Retz. Il serait bon de savoir ce que disent les données anthropologiques.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  9. On détecte en effet rive gauche de la Loire des toponymes bretons. Cet article est bien fait et assez argumenté :

    http://fpl.forumactif.com/forom-breizhat-f3/toponymie-bretonne-du-pays-de-retz-t5410.htm

    J'ai un échantillon du Pays de Retz mais j'ai dans l'idée de le diviser, afin de tenir compte de cette dichotomie, à savoir qu'à mesure que l'on s'éloigne de la côte, les toponymes bretons disparaissent. Par contre, j'ai Clisson en stock, pour le coup il est certain que l'on n'y a jamais parlé breton.

    ReplyDelete
  10. Merci pour ce lien d'un grand intérêt (et qui, au demeurant, témoigne de l'interminable débat dont je parlais).

    Clisson : je suis tout à fait "preneur".

    Un des intérêts majeurs de ces données anthropologiques serait de voir ce qu'elles peuvent dire sur les ressemblances et différences du Sud-Loire et des régions s'étendant de Nantes à Brest.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  11. Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je voudrais poster ici une de vos interventions du forum d’Anthrocivitas, car je trouve qu’elle résume très bien la situation (les précisions entre crochets sont de moi) :

    « That's Western European variation [the dark-haired Norwegians]. The fact that our World is largely influenced by the English-speaking sphere puts much emphasis on such British types [the « darker Celts »]. The widespread ignorance of France and Germany then explains why people tend to link British dark types with the very definition of exotism for the Brits : Iberia. We're trying to solve a puzzle without all the pieces.

    More generally, the way European people are being studied both phenotypically and genetically wise defies rationality. How can people explain the peopling of Europe without proper French samples for instance ?

    Nevertheless, studying phenotypes can be interesting : for instance, it's obvious that Western Europeans somehow all share common features that make them look "Western". To properly describe what these features are about is an interesting goal. Phenotypes can also help us guess genetic kinship provided we have a full vision of Europe. That there are pseudo-Iberian-looking Brits is interesting but it's even more interesting to know if such types are widespread elsewhere.

    NB : The British Isles were populated from NW France. »

    A cette dernière phrase, qui résume l’essentiel, j’ajouterais seulement : and from Central Western France. Mais je pense que c’était sous-entendu dans votre texte.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  12. C’est le grand jour pour ces enfants de Castlebar. J’emprunte pendant quelques instants les photos montrant leurs parents pour faire une petite étude comparative qui n’était sans doute pas prévue au programme de cette matinée…

    http://www.castlebar.ie/St_Pats/StPats_First_Day_at_School_2009.shtml

    Je me référerai ici aux échantillons suivants :

    Montaigu : Anthrofrance, Poitou (Bas-Poitou)
    Clisson : Anthrofrance, Bretagne (Pays Nantais)
    Cholet : Anthrofrance, France de l’Ouest (Anjou-Maine)
    La Rochelle : Anthrofrance, Saintonge-Aunis
    Gaspésie : Anthoplanet, Québec


    Les régions de Montaigu, Clisson et Cholet constituent un ensemble géographiquement cohérent.



    1ère photo : La femme évoque, en plus brachymorphique, Montaigu A7. Son mari apparaît très vraisemblablement sur certaines photos du chœur mixte de Castlebar déjà étudié sous l’échantillon de Montaigu. Curieuse coïncidence, car la présente série de photos et celle du chœur sont indépendantes et Castlebar n’est pas un village. Quoi qu’il en soit, j’avais dit de cet homme qu’il « passerait inaperçu en Vendée ». Pour illustrer mon propos, je le comparerai à Cholet C1.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  13. 2ème photo : Nette ressemblance avec Montaigu B8 ainsi qu’avec Gaspésie B8. On a ici un exemple de correspondance « triangulaire » Poitou – Irlande/Ecosse – Canada français.

    3ème photo : Pas de parèdre précis dans les échantillons poitevins, mais une ressemblance assez satisfaisante avec Clisson D1, qui a un visage très représentatif du Bas-Poitou, ainsi qu’en témoigne ses points communs avec le morphotype de Noirmoutier.

    6ème photo : -> Montaigu D2, et secondairement Cholet B4

    7ème photo : Au lecteur, s’il le désire, de « chercher la femme » dans l’échantillon de Montaigu. Il n’y a pas d’erreur possible. La Montacutaine concernée a déjà été comparée à Mayo B8 et se situe, d’une certaine façon, « entre » les deux Irlandaises.

    8ème photo : Malgré quelques traits que l’on peut retrouver en Montaigu A3, cette jeune femme nous rappelle opportunément que nous ne sommes pas en Vendée. Il semble cependant que l’enfant devrait développer un type plutôt atlantide.

    9ème photo : On se retrouve ici en pays de connaissance. A rapprocher de Montaigu D8. Ce visage fait partie de ceux qui évoquent un des morphotypes du blog, en l’occurrence celui de Montaigu. Et Montaigu D8 – au visage lui aussi bien représentatif de sa région - n’est elle-même pas très loin d’un morphotype voisin : celui de Challans.

    10ème photo : Le visage féminin est peut-être marqué par un apport nord-européen, mais une certaine ressemblance avec Montaigu D1 et La Rochelle C8 empêche de le considérer comme essentiellement « allogène » d’un point de vue poitevin. L’homme doit trouver en Clisson D2 un lointain reflet.

    14ème photo : Des traits qui se situent entre Montaigu C3 et Montaigu A3.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  14. 14ème photo : Cet Irlandais correspond cependant davantage à Cholet D8.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  15. Les Filles de la Rochelle (et de Pictavie)

    On croyait les filles de la Rochelle parties « faire la course dedans les mers du Levant ». En réalité, elles ont débarqué en Irlande sans rien dire. Les revoici. Elles n’ont pas beaucoup changé, au cours des millénaires…

    http://www.stjosephscastlebar.com/files/choir_6yr.jpg

    Il s’agit d’un chœur féminin formé par les élèves d’une école catholique de Castlebar, chef-lieu du comté de Mayo.


    Les comparaisons s’appuieront sur les échantillons d’Anthrofrance suivants :

    Noirmoutier : Poitou (Bas-Poitou)
    Montaigu : Poitou (Bas-Poitou)
    Clisson : Bretagne (Pays Nantais)
    Cholet : France de l’Ouest (Anjou-Maine)
    Bressuire : Poitou (Haut-Poitou)

    La Rochelle : Saintonge-Aunis
    Barbezieux : Saintonge-Aunis

    Cognac : Angoumois (cet échantillon sera très sollicité).
    Dans un cas, il sera fait appel à l’échantillon d’Angoulême.


    Toutes ces communes sont situées entre la Loire et la Gironde (le pays « pictave »).


    J’utiliserai aussi les photos de Canadiens français publiées sur Anthrocivitas :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=6753

    On sait que les Poitevins et Saintongeais ont joué un rôle important dans le peuplement du Canada français. Si des migrations ont eu lieu du centre-ouest de la France vers l’Irlande, on peut penser qu’il doit y avoir des relations phénotypiques entre la/les région(s) d’Irlande concernée(s) et le Canada français. Mais les situations sont cependant différentes. Au Québec, la population poitevine et saintongeaise s’est mêlée à celle d’autres provinces françaises. Dans le comté de Mayo, il semble bien que la grande majorité des types non nordiques rencontrés jusqu’à présent soient explicables sans difficulté par les phénotypes pictaves.

    La jeune femme médecin de cette série québécoise (14ème photo) est un bel exemple de type atlantide à la fois bas-poitevin (cf. Challans B4, dans Anthrofrance Bas-Poitou) et gaélique : on ne serait nullement surpris de la croiser dans un hôpital écossais.

    ReplyDelete
  16. A4 <-> La Rochelle C8, secondairement Cholet D3

    A5 <-> Bressuire B7

    A6 <-> Cognac D5 ; les affinités avec Cholet D7 et la 15ème photo de l’échantillon canadien montrent elles aussi que cette frimousse n’aurait rien d’exotique entre Loire et Gironde.

    A7 <-> La Rochelle D4

    A8 <-> Cognac A1, La Rochelle A1 ; il s’agit de trois types alpins dépigmentés.

    A9 : Visage à tonalité Borreby (voir B5) ; ne doit sans doute pas permettre de rapprochement avec les terres pictaves du continent ; en tout cas, pas de rapprochement facile.

    A10 <-> Montaigu C6 (voir également la première photo de la série québécoise).

    B1 : Origine étrangère ou semi-étrangère possible ; je ne privilégie cependant pas cette hypothèse et me réfère à Bressuire C1 ; Cognac D6 et Clisson C2 se situent à peu près dans la même veine.

    B2 <-> La Rochelle D2, Cognac C2

    B3 <-> Cognac C3

    B4 : Ne trouvant pas de pendant convaincant dans les échantillons du blog, j’ai « triché » un peu en ouvrant un recueil de photos anciennes intitulé « Montaigu et son canton ». L’ouvrage comporte quelques portraits et, de fait, le deuxième d’entre eux montre une fillette blonde d’une dizaine d’années dont la ressemblance avec cette élève est satisfaisante (autant que les photos permettent d’en juger).

    B5 : Type de Borreby (cf A9)

    B6 : Pas de correspondance précise dans les échantillons susmentionnés, mais il s’agit d’un type malgré tout assez familier. Barbezieux C4 se situe dans une mouvance assez proche.

    B7 et B8 sont très vraisemblablement d’origine étrangère.

    B9 <-> Cognac A8 (Cognac B4 est une expression légèrement atlantisée de ce type), La Rochelle B3, Clisson B4, 16ème photo québécoise. Peut trouver des sosies, ou peu s’en faut, en Vendée.

    ReplyDelete
  17. Les Filles de la Rochelle (et de Pictavie)

    On croyait les filles de la Rochelle parties « faire la course dedans les mers du Levant ». En réalité, elles ont débarqué en Irlande sans rien dire. Les revoici. Elles n’ont pas beaucoup changé, au cours des millénaires…

    http://www.stjosephscastlebar.com/files/choir_6yr.jpg

    Il s’agit d’un chœur féminin formé par les élèves d’une école catholique de Castlebar, chef-lieu du comté de Mayo.


    Les comparaisons s’appuieront sur les échantillons d’Anthrofrance suivants :

    Noirmoutier : Poitou (Bas-Poitou)
    Montaigu : Poitou (Bas-Poitou)
    Clisson : Bretagne (Pays Nantais)
    Cholet : France de l’Ouest (Anjou-Maine)
    Bressuire : Poitou (Haut-Poitou)

    La Rochelle : Saintonge-Aunis
    Barbezieux : Saintonge-Aunis

    Cognac : Angoumois (cet échantillon sera très sollicité).
    Dans un cas, il sera fait appel à l’échantillon d’Angoulême.


    Toutes ces communes sont situées entre la Loire et la Gironde (le pays « pictave »).

    Xuesheng

    ReplyDelete
  18. J’utiliserai aussi les photos de Canadiens français publiées sur Anthrocivitas :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=6753

    On sait que les Poitevins et Saintongeais ont joué un rôle important dans le peuplement du Canada français. Si des migrations ont eu lieu du centre-ouest de la France vers l’Irlande, on peut penser qu’il doit y avoir des relations phénotypiques entre la/les région(s) d’Irlande concernée(s) et le Canada français. Mais les situations sont cependant différentes. Au Québec, la population poitevine et saintongeaise s’est mêlée à celle d’autres provinces françaises. Dans le comté de Mayo, il semble bien que la grande majorité des types non nordiques rencontrés jusqu’à présent soient explicables sans difficulté par les phénotypes pictaves.

    La jeune femme médecin de cette série québécoise (14ème photo) est un bel exemple de type atlantide à la fois bas-poitevin (cf. Challans B4, dans Anthrofrance Bas-Poitou) et gaélique : on ne serait nullement surpris de la croiser dans un hôpital écossais.



    Pour faciliter le commentaire, j’appliquerai le code alphanumérique habituel. On aura donc :

    - 1er rang (de gauche à droite) : visages A1 à A10
    - 2ème rang : B1 à B9
    - Le 3ème « rang » ne comprend que deux élèves : C1 et C2
    - 4ème rang : D1 à D7
    - 5ème et dernier rang : E1 à E8

    ReplyDelete
  19. A4 <-> La Rochelle C8, secondairement Cholet D3

    A5 <-> Bressuire B7

    A6 <-> Cognac D5 ; les affinités avec Cholet D7 et la 15ème photo de l’échantillon canadien montrent elles aussi que cette frimousse n’aurait rien d’exotique entre Loire et Gironde.

    A7 <-> La Rochelle D4

    A8 <-> Cognac A1, La Rochelle A1 ; il s’agit de trois types alpins dépigmentés.

    A9 : Visage à tonalité Borreby (voir B5) ; ne doit sans doute pas permettre de rapprochement avec les terres pictaves du continent ; en tout cas, pas de rapprochement facile.

    A10 <-> Montaigu C6 (voir également la première photo de la série québécoise).

    B1 : Origine étrangère ou semi-étrangère possible ; je ne privilégie cependant pas cette hypothèse et me réfère à Bressuire C1 ; Cognac D6 et Clisson C2 se situent à peu près dans la même veine.

    B2 <-> La Rochelle D2, Cognac C2

    B3 <-> Cognac C3

    B4 : Ne trouvant pas de pendant convaincant dans les échantillons du blog, j’ai « triché » un peu en ouvrant un recueil de photos anciennes intitulé « Montaigu et son canton ». L’ouvrage comporte quelques portraits et, de fait, le deuxième d’entre eux montre une fillette blonde d’une dizaine d’années dont la ressemblance avec cette élève est satisfaisante (autant que les photos permettent d’en juger).

    ReplyDelete
  20. Visage A1 <-> Cognac D2 et C7 ; rappelle aussi un peu, en plus brachymorphique, Bressuire D2. Points communs avec Cholet C2, que je rapproche également de Hébrides C3.

    A2 : C’est une modalité du type alpin poitevin, qui apparaît ici dans sa manifestation la plus parfaite. On comparera à La Rochelle A1 et B6 ainsi qu’à la 21ème photo de la série québécoise (jeune homme en polo bleu).

    Clisson D5 est une version leptomorphique de ce type, probablement due à un apport atlantide.

    On reconnaît d’autres types alpins poitevins dans le groupe, tout aussi irréprochables : par exemple A8, B9, D2, E3. La récurrence et la précision de cette alpinité pictave suffisent à elles seules, selon toute vraisemblance, à trahir l’origine ethnique dominante de ce chœur et donc à désigner la terre des principaux ancêtres.

    Quelle qu’en soit la raison, ce groupe est plus alpin que les trois échantillons du comté de Mayo déjà étudiés.

    A3 : Ce type est tout aussi poitevin que le précédent, mais il est plutôt atlantide ; il convoque Noirmoutier C3, en second lieu Cholet C4, voire La Rochelle A5 ainsi que, dans une certaine mesure, Cognac C6 et B2 ; c’est la pictavité raffarinienne :-), mais en mode ici plus atlantide qu’avec l’ancien Premier ministre. Parmi les Canadiens français, c’est l’homme de la 5ème photo qui fait signe. Il correspond à C1 dans l’échantillon de Mayo donné ci-dessus dans ce blog (noter aussi la ressemblance entre D1 et la 6ème photo).

    ReplyDelete
  21. B5 : Type de Borreby (cf. A9)

    B6 : Pas de correspondance précise dans les échantillons susmentionnés, mais il s’agit d’un type malgré tout assez familier. Barbezieux C4 se situe dans une mouvance assez proche.

    B7 et B8 sont très vraisemblablement d’origine étrangère.

    B9 <-> Cognac A8 (Cognac B4 est une expression légèrement atlantisée de ce type), La Rochelle B3, Clisson B4, 16ème photo québécoise. Peut trouver des sosies, ou peu s’en faut, en Vendée.

    C1 <-> Cholet B2

    C2 <-> La Rochelle B1

    D1 <-> Cognac A2 ; entre Cholet A4 et D4, également.

    D2 <-> La Rochelle B3, Cognac B6

    D3 : Cousinage avec Cognac B1.

    D4 : On doit se situer ici dans les variabilités poitevines, mais les échantillons consultés ne comportent pas de parèdres remarquables. Les rapprochements les moins mauvais doivent être Cognac A7 et Cholet A3.

    D5 <-> Montaigu D5 ; le yin et le yang.

    D6 : Pas de double dans les échantillons susmentionnés, mais il s’agit d’un type malgré tout bien familier. Barbezieux B5 et B8 relèvent du même « phylum ». Les traits de cette jeune fille tiennent aussi à la fois de Cholet A8 et de Cholet D2, et évoquent un peu Cholet B3. Dans la série québécoise, c’est à la 7ème photo qu’il faut se reporter.

    D7 <-> Angoulême C6 ; affinités avec La Rochelle C1 et Cognac B7.

    ReplyDelete
  22. E1 <-> Montaigu C5 (remarquer notamment la forme de l’oreille), Cognac A4.

    E2 : Malgré un petit air de famille avec Cholet D3, je ne suis pas certain que ce visage ait un caractère nettement poitevin. Mais c’est peut-être une réticence injustifiée. Je ferais volontiers une comparaison avec Trouville A6 (Anthrofrance Normandie), qui ne serait cependant pas forcément plus pertinente que celle avec le jeune Choletais.

    E3 <-> Cholet C3

    E4 <-> Noirmoutier B3

    E5 : Lointainement apparentée à Barbezieux D3 ou à Cholet D6.

    E6 : Cognac B8 ; tient un peu de Clisson B1.

    E7 <-> La Rochelle C5 ; quelques points communs aussi avec Cholet C6.

    E8 <-> Cognac B5



    En quatre mots comme en cent :

    These gals are Gauls.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  23. Verdict évidemment trop lapidaire et qui exigera quelques nuances. En attendant, comme ces « filles de la Rochelle » sont en fait – du moins a priori - des « maids of Castlebar », ce petit reel en leur honneur :-)

    http://www.youtube.com/watch?v=-7sZxHwk6HQ


    Xuesheng

    ReplyDelete
  24. Quelques convergences complémentaires. Nous nous reporterons maintenant à l’échantillon d’Aubeterre (Angoumois).

    A1 <-> B8
    A8 <-> B4
    D1 <-> B3
    D2 <-> D8

    On a également, mais la ressemblance est plus vague :
    A10 <-> C1
    B9 <-> C3
    E3 <-> D7

    Pour B9, voir aussi Beaugency C6 (France de l’Ouest, Orléanais) ; Beaugency est géographiquement loin des pays d’entre Loire et Gironde, mais en est typologiquement proche.

    On peut ajouter B3 et Cholet A6.


    C’est finalement dans l’échantillon poitevin de Saint-Maixent posté sur Anthrocivitas que B1 trouve son correspondant le plus précis :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213

    (l’homme du nom de Poupard)

    Il y a des black Irish dans le Connacht parce que, à l’époque de la migration qu’il faut inférer, certains des ancêtres des Poitevins, Saintongeais et Angoumoisins étaient de pigmentation foncée.

    Montaigu B3 est la version leptomorphique et un peu plus claire de ce type.

    A1 ressemble aussi un peu à la jeune femme du nom de Proust présente dans l’échantillon de Saint-Maixent.


    Comme l’ensemble de celles qui ont déjà été faites, ces mises en parallèle sont de qualité inégale, mais toutes, à mon sens, sont significatives et doivent être prises en considération pour se faire une idée aussi exacte que possible des rapports entre la population irlandaise étudiée et le centre-ouest de la France.

    À suivre… :-)

    Xuesheng

    ReplyDelete
  25. Petite mise à jour
    Depuis les premiers posts sur cette chorale scolaire, la série de photos québécoises a été en partie modifiée. Actuellement, c’est à la quinzième et non à la seizième photo de cette série que B9 correspond. A2 et A6 n’ont plus de contrepartie canadienne, mais A6 trouve un nouvel équivalent français en Angoulême D7.

    Sans sortir de notre sujet, un peu de musique québécoise : une chanson intitulée « La jolie Rochelle » et un air de danse qui ne devrait pas trop dépayser les Irlandais.

    http://www.youtube.com/watch?v=8qi1l5l7L1I

    Xuesheng

    ReplyDelete
  26. Comparer B6 (de la chorale) et la 1ère dauphine de Miss Vendée 2010 :

    http://www.missvendee.fr/election2010.html

    (dernière photo – numéro 10300 – de la série)

    ainsi que

    http://img61.xooimage.com/files/1/5/5/img146-23f70ff.jpg


    Comparer également Miss Poitou (photos précédentes : 10295 et 10296) et E6.


    Quant à la série de photos québécoises, elle a été de nouveau modifiée (suppression de la première photo) et subira probablement d’autres changements. Les rectifications des correspondances proposées sont cependant aisées.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  27. - On peut se référer aussi à ces photos de Miss Vendée 2010 et de ses dauphines, puisque c’est à la première dauphine que j’ai comparé la choriste B6 :

    http://www.lejournaldupaysyonnais.fr/files/2011/01/Miss-Vend%C3%A9e-10-062.jpg

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-emily-Belouard-elue-Miss-Vendee_6346-1229628-fils-tous-Une_filDMA.Htm


    Miss Vendée 2010, que l’on voit aussi ici,

    http://www.lespetitsplatons.com/html/images/article/51/Miss-Vendee.jpeg

    a elle-même a son reflet en une condisciple des choristes, à savoir la jeune artiste de la troisième et de la dernière photo de la page accessible par ce lien :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Poster-Competition-Winners-nov2011.shtml

    L’impression générale produite par cette page diffère peu de celle que pourrait donner un groupe picto-saintongeais, la divergence se limitant pratiquement à une patine insulaire présente ça et là.

    Comparer, par exemple, l’homme de la première image et les dix-septième et dix-neuvième portraits de l’échantillon saintongeais de Mirambeau :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=599

    La lycéenne de la cinquième photo peut faire penser à Clisson B7 (Anthrofrance, Bretagne, Pays Nantais).


    - De Miss Vendée au Sinn Fein :-)

    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/archive/2011/01/22/miss-vendee-2011-les-anciennes-laureates.html

    (actuellement, la deuxième photo : Miss Vendée 1998) et

    http://www.mayosinnfein.com/news/15547


    Xuesheng

    ReplyDelete
  28. Premier bilan

    Si l’on fait abstraction des dernières photos ou séries de photos, qui n’ont été que survolées, quatre groupes d’habitants (présumés, pour partie) du comté de Mayo ont fait jusqu’à présent l’objet de rapprochements avec des autochtones des régions de France situées entre la Loire et la Gironde :

    - 1) l’échantillon du blog
    - 2) un chœur mixte (voir Anthrofrance, Bas-Poitou, Montaigu)
    - 3) quelques parents d’écoliers
    - 4) une chorale lycéenne entièrement féminine

    Au total, quelque 90 personnes : 23 hommes et environ 70 femmes.

    Ces rapprochements appellent, bien sûr, quelques réserves :

    - Il est un peu risqué de comparer deux visages au vu d’une seule photo. Certaines personnes se ressemblent probablement moins dans la réalité qu’on est tenté de le croire sur la base de ces clichés.

    - Pour les groupes 2, 3 et 4, nous ne disposons pas des noms de famille. Il manque donc une importante sécurité. Il est probable que certaines des personnes composant ces groupes ne soient pas originaires de la région.

    Ces travaux comparatifs comportent une marge d’erreur inévitable, mais ce n’est qu’une marge : il ne faut pas s’exagérer la portée de ces incertitudes.

    - Le principal effet distordant est vraisemblablement le déséquilibre quantitatif entre les sexes dans les groupes 2, 3 et 4. Il doit y avoir, dans le comté considéré, comme dans toute d’Irlande, un dimorphisme sexuel sensible. Des groupes exclusivement masculins ne devraient pas donner un niveau de convergence aussi élevé avec le Poitou, la Saintonge et l’Angoumois.

    Il n’en demeure pas moins que les quatre groupes étudiés parlent le même langage, avec quelques différences qui ne peuvent être dues qu’aux aléas de leur constitution. Tous désignent les terres pictaves comme région continentale de référence. De fait, le recours aux types de cette région est - avec l’ajout d’une minorité importante de types nord-européens (Borreby, Brünn, sans doute quelques nordides, etc.) - la condition nécessaire et suffisante à l’explication des traits constatés.

    ReplyDelete
  29. Nécessaire : on ne peut la contourner. Suffisante, car il ne semble pas indispensable de faire appel à d’autres régions, françaises ou non, pour ces phénotypes. Telle est, du moins, mon impression actuelle. Il est malgré tout possible de trouver des correspondances bien nettes dans d’autres parties de l’ouest de la France et je n’hésiterai pas, le cas échéant, à les mettre en avant. Pour le moment, je pense qu’elles s’expliquent par les étroites affinités qui, à bien des égards, unissent les provinces du Grand Ouest français plus que par une migration directe. Je ne m’expliquerais pas la qualité et la quantité des convergences entre le Mayo et un territoire aussi limité que le nord-est de la Vendée et le Choletais si la population du comté était issue, de façon homogène, de l’ensemble du Grand Ouest. Mais je n’exclus pas un appoint en provenance d’autres régions de France que le Centre-Ouest.

    Peut-on risquer des chiffres ? Il semble que les hommes du comté considéré convergent phénotypiquement à 70-75 % et les femmes à 80-85 % avec le centre atlantique de la France.

    La convergence globale entre les deux populations est donc de l’ordre des trois quarts.


    Ces Irlandais l’attestent : les Pictaves (ou « Proto-Pictaves ») et les ancêtres des Gascons et des Basques étaient nettement différenciés à l’époque des débarquements dans l’Île d’Émeraude. Les phénotypes des insulaires sont pictaves et bien distincts de ceux des Basques et Gascons. Les quelques caractéristiques que les habitants du Mayo peuvent partager avec les Basques sont vraisemblablement celles que les Pictaves ont eux-mêmes en commun avec ceux-ci. La population de ce comté m’apparaît ainsi comme une population-témoin, une photographie du lointain passé : elle montre, avec l’adjonction d’adstrats très visibles, ce qu’était celle des régions situées entre la Loire et la Gironde avant l’ère chrétienne.

    Depuis cette époque reculée, ces contrées françaises ont subi des apports en provenance d’autres régions de France ainsi que, sans doute, de la péninsule ibérique.

    ReplyDelete
  30. La comparaison des deux peuples offre ainsi un tableau contrasté : d’un côté, des ressemblances marquées qui constituent la note dominante ; de l’autre côté, en raison de ces adstrats, des différences prononcées.

    On pourrait dire que la relation entre les deux régions est symbolisée par leur position géographique : toutes deux sont situées dans la moitié nord de la façade atlantique de l’Europe (la Gironde constituant la frontière entre le nord et le sud). C’est là le point le plus important et ce qui leur donne leurs caractéristiques communes. Mais l’Irlande est plus nordique que le Poitou et la Saintonge, et ça se voit.


    Pour éviter la dispersion géographique, je me suis concentré sur le comté de Mayo et, en fait, surtout sur son chef-lieu. Mais je suis convaincu que bien d’autres régions d’Irlande présentent un lien avec la « Pictavie ». Il est cependant possible que ce soit dans ce comté que ce lien est le plus fort. En élargissant la perspective, on peut dire que c’est probablement l’ensemble de l’île qui présente de fortes affinités avec l’ouest de la France, considéré lui aussi dans son ensemble (à l'exception de la Gascogne et du Pays Basque).


    La rousseur

    La rousseur insulaire doit être dans une large mesure une adaptation de la pigmentation à l’environnement. Les personnes rousses des groupes étudiés n’ont pas les traits moins pictaves que les autres. Mais certains habitants du comté doivent leur rousseur au fait qu’ils représentent des types de Brünn plus ou moins accusés.

    On aura cependant noté la discrétion des types de Brünn parmi les femmes dans les quatre groupes étudiés jusqu’à présent.

    --------------


    On pourrait estimer que la cause est entendue et s’en tenir là. Je pense au contraire qu’il faut encore affiner le diagnostic et verser quelques pièces au dossier pour mieux cerner les ressemblances et différences des deux populations.

    À l’angoissante question de savoir si j’ai l’intention de poster de nouvelles « études comparatives », pour user de bien grands mots, la peu rassurante réponse est ainsi donnée. C’est que j’ai la faiblesse de croire à l’efficacité, au moins relative, de la méthode. Les mises en parallèle n’auront cependant pas le caractère systématique des précédentes.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  31. - Sur les pas de M. Kenny - Visite du Premier ministre

    À tout seigneur, tout honneur. Le Premier ministre irlandais, M. Enda Kenny, qui est entré en fonctions le 9 mars 2011, est originaire de Castlebar. Il a rendu visite à sa ville natale peu de temps après son élection.

    Tout d’abord, deux photos prises avec les mêmes personnes à 36 ans d’intervalle.

    http://www.castlebar.ie/photos/tom-campbell//Old-and-New-Photographs-Enda-Kenny.shtml

    Sans surprise, l’impression générale est là encore – et comme toujours, avec des hauts et des bas, dès lors que le groupe est nombreux - celle que pourrait donner une équipe poitevine ou picto-saintongeaise ; un probable type de Brünn et un possible type de Borreby parviennent à peine à l’atténuer. On comparera ici la personne placée à droite au premier rang et la dernière photo de l’échantillon de Saint-Maixent :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213

    Mais les miss et leurs dauphines seront de nouveau secourables …
    Comparons cette jeune femme et la première dauphine de Miss Vendée 2012 :

    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/00/00/1870378080.jpg
    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/02/01/1679832970.jpg

    ainsi que sa voisine et la première dauphine de Miss Vendée 2011 :

    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/00/02/911613072.jpg
    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/00/02/1498885321.jpg
    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/00/01/1068807301.JPG

    Je gage que ces deux lauréates sont bien originaires de leur département ou du Poitou.

    La jeune femme qui se tient à gauche au deuxième rang n’est pas sans évoquer, comme la précédente, Montaigu C1.

    On a remarqué que la région de Montaigu et Cholet a donné des correspondances nombreuses et souvent précises. De fait, j'ai l'impression que c’est ici que culmine la relation phénotypique avec le comté de Mayo. Les autres régions situées entre la Loire et la Gironde suivent de plus ou moins près selon les cas.

    ReplyDelete
  32. Je me reporterai maintenant à une commune d’environ 3000 habitants située au nord-est de la Vendée, et justement sur la route de Montaigu à Cholet.

    http://www.treize-septiers.fr/conseil-municipal

    Les patronymes des conseillers municipaux indiquent que ceux-ci sont presque tous Vendéens. On note la ressemblance entre la 4ème conseillère et l’Irlandaise de l’extrémité gauche du premier rang. Quant à D2 de l’échantillon du blog, elle peut être mise en parallèle, selon le point de vue, avec le 16ème et le 18ème conseiller.

    Ce conseil est en accord avec les observations déjà faites sur les relations entre les régions de Montaigu-Cholet et de Castlebar. D'autres similarités le montreront encore ultérieurement.

    La visite :

    http://www.castlebar.ie/photos/tom-campbell/An-Taoiseach-Enda-Kenny.shtml

    Avant-dernière photo : l’homme auquel le Premier ministre serre la main est comparable à D2 de l’échantillon de Beaugency (France de l’Ouest, Orléanais). Ce sont probablement les échantillons de l’Angoumois, et surtout celui de Cognac, qui offrent pour lui les meilleures correspondances (surtout dans la catégorie des types atlantides foncés), ainsi que Clisson A3. L’homme qui est derrière lui, dans l’alignement de l’objectif, est la réplique masculine de Cognac C4.

    La femme que l’on voit derrière les fleurs renvoie à Montaigu C3.

    La dernière photo invite elle aussi à « solliciter » de nouveau l’échantillon de Cognac sans modération : l’homme assis à droite au premier rang rappelle Cognac C2 ; son voisin évoque (un peu) Cognac A2, l’homme qui est assis au milieu, Cognac A3 ; la dame, à gauche, Cognac C6.

    On trouvera ici d’autres photos des personnalités :

    http://www.castlebar.ie/photos/alison_laredo/Castlebar-Welcomes-Taoiseach-Enda-Kenny.shtml


    Au demeurant, le lien de la région de Cognac avec une partie de l’Irlande ne pouvait pas mieux tomber. Souvenons-nous que Richard Hennessy, fondateur de la maison Hennessy, était un officier irlandais.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  33. Scoil Raifteirí

    Il y a quelque temps, le Premier ministre a également visité Scoil Raifteirí, école bilingue irlandais-anglais de Castlebar.

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Enda-Kenny-visits-Scoil-Raifteiri.shtml

    L’école a fêté ses 25 ans en 2009 :

    http://www.scoilraifteiri.com/Stair Comoradhd.htm

    Il suffit de balayer cette page du regard pour y reconnaître la typologie picto-saintongeaise, plus les adstrats connus. Mais je propose une lecture plus détaillée de ces images.


    7ème photo : On retrouvera sans peine le demi-clone d’une des jeunes femmes du premier plan (celle du milieu) dans la partie médiane de l’échantillon saintongeais de Mirambeau (Anthrocivitas) :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=599


    Un type dont l’expression masculine est incarnée par l’un des deux hommes que l’on voit à droite sur ce cliché pris dans l’est de la Vendée.

    http://www.valdesevre.com/photo%20equipe/u13b.jpg

    Et pour trouver un pendant à la voisine de l’Irlandaise, il n’y a pas à chercher plus loin que la femme brune.

    Pour avoir l’air pleinement irlandais, il ne manque au jeune footballeur blond qui se tient devant elle qu’un bon banjo :

    http://www.youtube.com/watch?v=iMWcuZaEXi4

    Voir aussi la femme cajun (actuellement, cinquième photo) sur cette page :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=4871

    La chanteuse de ce clip pourrait être la grande sœur du voisin au teint un peu mat de ce garçon :

    http://www.youtube.com/watch?v=nxvMaOFH22c

    Mais revenons au comté de Mayo, et à cette septième photo.

    La deuxième ancienne élève à partir de la droite pourrait représenter emblématiquement le type atlantide leptomorphique de l’ouest de la France, ce que fait l’actrice québécoise Karine Vanasse :

    http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/201004/27/166046-karine-vanasse.jpg

    ReplyDelete
  34. C’est le moment de retrouver la petite commune nord-vendéenne et son conseil.
    http://www.treize-septiers.fr/conseil-municipal

    - D’abord pour établir (avec les réserves qui s’imposent quand la définition est faible) un rapprochement entre
    1) le cinquième conseiller* et l’un des hommes du quatrième rang
    2) la onzième conseillère et la femme qui se tient à droite au premier rang, deux photos plus loin.

    * cf. également l’un des joueurs du premier rang (commune immédiatement voisine)
    http://assonfootball.free.fr/_photosaccueil/20112012_U15A.jpg

    - Ensuite pour faire appel à une association locale :

    http://www.famillesrurales13septiers.fr/nos-services-12/danse-expression-corporelle

    Quatre des cinq femmes de la photo du bas portent un nom de famille vendéen, et il y a de bonnes chances pour que ces cinq personnes soient originaires de la région.

    Ce petit groupe offre les convergences suivantes :

    - La femme de gauche et l’homme de droite (huitième photo)
    - La deuxième femme à partir de la gauche et l’homme à cheveux blancs, cinq photos plus loin.
    - La femme du milieu et, de nouveau, la jeune femme à genoux au milieu sur la septième photo (pas de ressemblance étroite, mais le même type poitevin ; on se doute que cette Vendéenne a plus d’un reflet en Irlande)
    - La deuxième femme à partir de la droite et l’homme en chemise bleue sur la huitième photo
    - La femme de droite et la jeune femme agenouillée à droite

    8ème photo
    La femme assise à gauche rappelle le morphotype de La Rochelle ; cf. aussi Miss Vendée 2006 (dont le nom de famille est particulièrement fréquent en Loire-Atlantique et en Vendée) :
    http://pierreboucherlorient.blogs.letelegramme.com/media/01/01/965649341.jpg
    Voir également la quatorzième photo à partir de la fin dans l’échantillon de Saint-Maixent :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213


    La femme assise à droite a un type alpin poitevin (voir, notamment, les échantillons de Bressuire et Saint-Maixent) ; celle qui est assise à côté d’elle est une « Rochelaise » (cf. La Rochelle B2). L’homme assis au milieu pourrait être vendéen ; ce bref clip semble l’attester :
    http://www.youtube.com/watch?v=riQ79Az4bis

    La femme debout à gauche est une « Bretonne » qui s’est glissée parmi ces « Poitevins » et « Aunisiens » : cf. Guingamp A2 (Anthrofrance, Bretagne, Trégor).

    9ème photo
    Les habitants du Mayo ne sont certainement pas des Basques.

    ReplyDelete
  35. 10ème photo
    La femme debout à droite et un des portraits de l’échantillon saintongeais de l’Estuaire (septième à partir de la fin) :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=598
    Quant à la femme qui est assise devant elle, il n’est même pas nécessaire d’aller lui chercher un parèdre poitevin !

    Les trois hommes comptés à partir de la gauche pourraient constituer un trio vendéen.
    Pour l’homme de gauche, cette photo (ouest de la Vendée) :
    http://www.aizenay.eu/images/stories/actualite/voeux%202012.jpg

    11ème photo
    La jeune femme placée à gauche et le septième visage de l’échantillon de Saint-Maixent :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213
    Sa voisine et le deuxième visage.


    12ème photo
    Voici de nouveau un groupe pratiquement indiscernable par rapport à la région pictave. La dame assise à droite reflète le morphotype féminin d’Aubeterre (Anthrofrance, Angoumois) ainsi que, mais moins nettement, celui de Saint-Maixent. Voir également la femme du même âge au milieu de l’échantillon saintongeais d’Oléron :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=594

    La dame assise à gauche est peut-être à rapprocher de la huitième photo de l’échantillon de l’Île de Ré :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=596

    Celle qui se tient debout, au milieu, et Aubeterre A1.

    L’homme de haute taille et l’avant-dernière photo de l’échantillon de la Gâtine
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=797


    17ème photo : Types alpins poitevins
    On peut comparer la musicienne à la femme assise au premier rang sur ce cliché déjà vu ci-dessus :
    http://www.aizenay.eu/images/stories/actualite/voeux%202012.jpg


    5ème photo à partir de la fin : La prévisible signature pictave.
    Les deux filles de type atlantide dinaromorphique de la photo placée juste au-dessus complètent le sceau pictave en ce bas de page (elles sont en compagnie de Des Bishop, acteur américain d’origine irlandaise revenu dans l’île ancestrale).

    La fille de droite est à rapprocher de la personne qui regarde l’objectif sur ce cliché :
    http://www.blogg.org/blog-59499-album-17673-offset-10.html
    (pris dans une commune voisine de Montaigu)


    La jeune femme brune que l’on voit en remontant encore de trois photos est la Rose de Tralee 2005, dont le père est natif du comté de Galway.

    http://www.mayo-ireland.ie/Mayo/Towns/Carnacon/rose.htm
    http://www.youtube.com/watch?v=QuM5prOLiGY

    Xuesheng

    ReplyDelete
  36. Retour sur images

    Quelques observations complémentaires sur les séries de photos dont les liens ont été postés au mois de février. Je reprends ces séries dans le même ordre.

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Poster-Competition-Winners-nov2011.shtml

    2ème photo : points communs entre l’homme qui se tient à droite et B2 de l’échantillon de Saint-Jean-d’Angély (Anthrofrance, Saintonge-Aunis)

    3ème et 4ème photos : l’homme de droite et la huitième photo de l’échantillon de Saint-Maixent :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213

    5ème et 8ème photos : la jeune artiste a déjà été comparée à Clisson B7, mais Montaigu B6 est plus proche.


    http://www.scoilraifteiri.com/Stair Comoradhd.htm

    10ème photo : la femme assise au milieu et Bressuire C3 (Anthrofrance, Poitou) ; Bressuire C6 pourrait être la parèdre de sa voisine de droite.

    11ème photo : la femme de droite et la troisième photo (à partir de la fin) de l’échantillon de la Gâtine :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=797

    ainsi que la première photo de ce même échantillon.

    On trouve dans l’échantillon de Saint-Maixent un visage qui n’est pas sans rapport (le 15ème).


    5ème photo à partir de la fin :
    Bressuire C1 apporte une confirmation nouvelle – et à vrai dire superflue – de la « pictavité » de la femme assise à gauche sur ce cliché.
    Je crois que l’on peut rapprocher sa voisine de la dernière photo de l’échantillon saintongeais de Pons :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=603


    Les deux filles qui entourent l’acteur, trois photos plus haut, seraient tout à fait à leur place dans l’échantillon de Saint-Maixent, auquel il faut de nouveau se référer et qui est, avec le groupe voisin de la Gâtine (Anthrocivitas), un de ceux qui montrent le mieux les relations de la population du Mayo avec le continent. Celle de gauche évoque quelque peu la 9ème photo de cet échantillon – en comptant à partir de la fin – ainsi que Gaspésie A7 (Anthroplanet, Canada).

    Le morphotype féminin de Saint-Maixent est la synthèse de leurs traits.

    ReplyDelete
  37. La MHA

    Quelques photos de l’inauguration d’un centre psychologique :

    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/openinggallery.html

    La dichotomie entre les types masculins et féminins apparaît ici comme amplifiée.
    Les femmes – y compris les plus « britanniques » - ne diffèrent pas vraiment de celles du centre-ouest de la France. Autant que je puisse en juger, ils sont par contre plus d’un, parmi les hommes, à sortir des variabilités pictaves.

    Mais l’homme placé le plus à droite sur la sixième photo
    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/opening/opening9.html

    relève du même type que le 1er adjoint de ce conseil municipal, que nous rejoignons de nouveau :

    http://www.treize-septiers.fr/conseil-municipal

    De même, la neuvième photo

    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/opening/opening13.html

    appelle immédiatement une comparaison avec le 21ème conseiller.
    L’homme de gauche ne serait pas facile à « caser » entre la Loire et la Gironde, mais le couple le proclame : sa lointaine origine est bien à rechercher entre les deux fleuves.

    Comparer aussi :
    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/opening/opening16.html
    et la 23ème conseillère.

    Au chapitre des « incarnations de morphotypes », on notera que le 5ème conseiller n’est pas loin de donner vie au morphotype masculin du Mayo.

    Dernière photo de la page :
    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/opening/opening7.html
    À une probable exception près, les hommes sont ici intégrables dans les variabilités poitevines, et telle est sensiblement l’allure que pourrait avoir une réunion dans le bocage vendéen.


    Xuesheng

    ReplyDelete
  38. … et le plus âgé des deux hommes photographiés ici :

    http://www.mentalhealthmayo.ie/galleries/opening/opening11.html

    retrouve sa jeunesse à Saint-Maixent (quatrième photo) :

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213



    Public Speaking Competition

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Public-Speaking-Competition.shtml

    Cette série a été disponible avec une définition supérieure et c’est sur la base de ces clichés maintenant retirés qu’ont été établies les comparaisons qui suivent.

    1ère photo
    - La première fille, à gauche, rappelle Montaigu B2.
    - La deuxième fille et Noirmoutier B1 (Bas-Poitou).
    - Le jeune homme assis partage certains traits avec Montaigu D5, mais il y a aussi de notables différences entre les deux visages.

    L’homme de haute taille n’est pas, lui non plus, sans rapport avec le premier portrait de l’échantillon de Haute-Saintonge :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=600
    mais, en raison, entre autres, de sa stature, ne serait pas un Poitevin ou un Saintongeais des plus représentatifs.

    L’homme debout au milieu peut être rapproché de Clare C3 (Anthroeurope, Ireland, Munster), qui me semble avoir un type exclusivement insulaire.

    Par contre, les six autres hommes des deux photos suivantes ne se distinguent pratiquement pas des habitants du Centre-Ouest.

    ReplyDelete
  39. 2ème photo
    - La fille assise à droite et Cholet D5.
    - La femme qui se tient à côté d’elle et un visage de Haute-Saintonge (le quinzième, lien ci-dessus) ainsi que de Marennes (le neuvième à partir de la fin) :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=602
    - Le troisième homme et la huitième photo, à partir de la fin, de l’échantillon de Haute-Saintonge ;
    secondairement, la dernière photo de l’échantillon de Saint-Maixent :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213
    - L’homme qui se tient à droite et Noirmoutier A5 (Bas-Poitou)


    3ème photo
    - L’élève de gauche et la cinquième photo, à partir de la fin, de l’échantillon de Pons (Saintonge) :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=603
    - C’est dans un échantillon nord-ligérien – celui du Mans – que l’on peut trouver un visage approchant de celui de la fille assise au milieu :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=795
    (quinzième portrait)
    - L’élève de droite et la cinquième photo de l’échantillon de Saint-Maixent à partir de la fin :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213
    - Le deuxième homme et l’avant-dernière photo du même échantillon.

    Une nouvelle fois, un groupe féminin substantiel (16 personnes au total) ne se distingue en rien, ou presque, (y compris sur le plan pigmentaire)* de ce que pourrait être un groupe aléatoirement constitué et comportant le même nombre de femmes originaires de la France médio-occidentale. La partie féminine de l’échantillon du comté de Mayo présente d’ailleurs la même caractéristique générale (et les autres échantillons irlandais n’en sont pas loin).

    *) Les yeux montreraient probablement des différences chromatiques, mais c’est ici invérifiable.


    ReplyDelete
  40. - Les banquières

    http://www.stjosephscastlebar.com/build-a-bank12.html
    (cliché du bas)

    Ici aussi, j’aurai recours pour partie à un échantillon français glané hors de l’entre Loire et Gironde, mais se situant dans la mouvance typologique de la France de l’Ouest.

    - La jeune femme debout à gauche n’est pas sans évoquer Beaugency A6 (France de l’Ouest, Orléanais) ainsi que Montaigu C1, mais la ressemblance de l’élève assise à gauche avec Beaugency A8 est plus nette.
    Celle qui se tient derrière elle incarne le type alpin classique de l’ouest et du centre de la France. Dans l’échantillon de Beaugency, ce serait C7.
    - La fille debout au milieu me rappelle certains types un peu robustes de Vendée :
    http://www.famillesrurales13septiers.fr/nos-services-12/centre-de-loisirs-et-periscolaire/centre-de-loisirs-ete
    (photo de gauche, deuxième fille à partir de la droite, qui est à rapprocher également de A1 de la chorale :
    http://www.stjosephscastlebar.com/files/choir_6yr.jpg)
    - L’élève assise devant elle et celle qui se tient à sa gauche sont deux « filles de La Rochelle » (respectivement D2 et D4, mais aussi Montaigu B4).
    - Les deux hommes et l’autre élève pourraient, eux aussi, passer pour des Français de l’Ouest.

    On ne peut, certes, définir la structure phénotypique d’une région par extrapolation à partir d’un groupe de neuf personnes, mais on ne peut non plus dénier son éloquence à ce « comité ».

    Notons, en passant, la ressemblance de Montaigu A3 avec cette jeune lauréate :
    http://www.mentalhealthmayo.ie/node/43

    ReplyDelete
  41. Comme je viens de me référer de nouveau à la chorale lycéenne, deux petites rectifications par rapport à ce que j’avais écrit en janvier 2011 :
    - E2 (dernier rang) doit avoir des traits essentiellement poitevins ; sa ressemblance avec Cholet D3 (France de l’Ouest, Anjou) et Bressuire C7 (Haut-Poitou) est suffisante pour qu’il n’y ait pas lieu de le mettre vraiment en doute.
    - Je n’ai pas assez souligné la parenté de D6 et de Cholet D2. C’est en fait une des homologies les plus révélatrices.

    C’est de cette romancière québécoise que j’avais rapproché B9 :
    http://www.babelio.com/auteur/Dominique-Fortier/76539
    L’une et l’autre personnifient une des formes du type alpin de l’ouest de la France, l’Irlandaise ayant cependant une physionomie plus strictement alpine et, à mon sens, plus spécifiquement poitevine.


    Un coup d’œil rétrospectif sur cette page :
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Poster-Competition-Winners-nov2011.shtml
    (sixième photo, femme du milieu)
    me conduit à établir un lien avec celle-ci (photo du haut, deuxième visage à partir de la droite) :
    http://www.famillesrurales13septiers.fr/nos-services-12/centre-de-loisirs-et-periscolaire/periscolaire-1
    Autres photos :
    http://www.castlebar.ie/photos/tom-campbell//New-Cathaoirleach-Cyril-Burke.shtml
    http://www.famillesrurales13septiers.fr/nos-services-12/restaurant-scolaire
    (photo du bas)

    ReplyDelete
  42. Pour conclure aujourd’hui, quelques clips montrant le comté « à l’œuvre ».

    Dans le premier, quelques-unes des demoiselles vêtues de bleu que nous avons croisées dans ce fil (ainsi que, apparemment, la propre fille du Premier ministre) :

    http://www.youtube.com/watch?v=AcPKuDbEIvY

    Na Céimeanna Beaga (« Les Petits Pas »)
    http://www.youtube.com/watch?v=Ur30mvXgEAU&feature=related

    Coleman School of Irish Dancing
    http://www.youtube.com/watch?v=xJDqzFVJnKQ

    Pour Ricolfis, « … les danses néo-celtiques actuelles, fort éloignées de toutes celles qui les entourent, font trop penser par leur allure bondissante ou sautillante et cadencée aux bonds et sauts rituels des Gaulois pour ne pas être leur héritage » (Celtes et Gaulois, croyances et cultures 2, article Musique et danse).
    Peut-être … Quoi qu’il en soit, les motifs des costumes sont en syntonie avec l’art de la Gaule indépendante.

    An Cailín Álainn
    http://www.youtube.com/watch?v=n5l82gO7tuw
    J’ignore si le chanteur est effectivement originaire du Mayo, mais l’enregistrement a été réalisé à Tuar Mhic Éadaigh / Tourmakeady, commune gaélophone du comté.

    Gráinne Hambly
    http://www.youtube.com/watch?v=XVVDUj6B8pg


    To Heaven or Connacht? I choose Connacht.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  43. La précédente série de posts s’achevait sur un « pour conclure aujourd’hui » lourd de menaces. Il y aurait donc une suite…
    Un jour viendra sûrement où je laisserai enfin cette bonne petite ville du Connacht en paix. Mais il est encore trop tôt, et les malheureux lecteurs (je sais qu’il y a quelques courageux) vont être de nouveau confrontés à ces incessants va-et-vient.
    Je dois dire à ma décharge que la matière a le tort d’être inépuisable et que l’enjeu est suffisamment important pour l’on y regarde de près.

    - National Learning Network Awards

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/National-Learning-Network-Awards.shtml

    1ère photo : La femme assise à droite et Cholet B6

    2ème photo : L’homme assis à droite et Cholet D8

    6ème photo : La femme assise à droite et le 8ème visage de l’échantillon de la Gâtine :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=797

    Le jeune homme assis à gauche et le 15ème visage du même échantillon

    7ème photo :
    - La troisième personne debout à partir de la droite et le 21ème visage
    - La femme qui se tient à sa gauche et le 24ème visage
    - La femme assise à droite et le 9ème visage. Les deux faces sont dessinées de la même façon.
    - Sa voisine et le 12ème visage

    Retour à la 5ème photo :

    La femme en bleu incarne bien un type alpin poitevin que l’on voit logiquement apparaître avec une certaine récurrence dans le comté.
    La comparer à Saint-Jean-d'Angély B1 (Anthrofrance, Saintonge-Aunis) et La Rochelle B6.

    On n’est pas surpris de découvrir une physionomie analogue dans les traits de la fillette tenant sa bicyclette au bas de cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Mayo_Mental_Health_Competition_Winners.shtml

    Cliché qui renvoie à la deuxième photo de la page suivante :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Junior-Members-Draw-Oct-2012.shtml

    ReplyDelete
  44. En s’arrêtant sur cette image, on peut rapprocher la deuxième femme debout à gauche de Barbezieux C2 (Anthrofrance, Saintonge-Aunis) et, vraisemblablement, la fille assise à droite de Barbezieux B3.

    La femme debout à droite n’est pas sans rapport avec Angoulême A3, et celle qui se tient à l’autre extrémité du rang a quelque chose, en moins « chubby », de Clisson C2 (Bretagne, Pays Nantais).

    En ce jour où la moitié du monde, si ce n’est davantage, a célébré la saint Patrick – il se trouve, soit dit en passant, que l’apôtre de l’Irlande est mon saint patron, nomen est omen :-) –, c’est la saint Maixent que je vais fêter, avec, il est vrai, un peu beaucoup d’avance par rapport au calendrier (qui lui impartit le 26 juin).

    Je rouvre donc l’échantillon de la ville. C’est à lui que je consacrerai, bien qu’avec quelques digressions, la suite de ces lignes :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213

    Le 2ème homme de cet échantillon a un sosie à Castlebar :
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/David-O-Kane-Memorial.shtml
    (première et troisième photo)

    Le 7ème visage invite, quant à lui, à revenir encore à cette page
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Poster-Competition-Winners-nov2011.shtml
    (1ère photo)

    et le 17ème à celle-ci
    http://www.castlebar.ie/photos/tom-campbell/An-Taoiseach-Enda-Kenny.shtml
    (10ème photo)

    La 6ème photo la page consacrée au Premier ministre renvoie (femme entre le Taoiseach et son épouse) à celle-ci, qui a été prise dans le nord-est de la Vendée mais aurait pu l’être à Castlebar :
    http://www.famillesrurales13septiers.fr/nos-services-12/centre-de-loisirs-et-periscolaire/periscolaire-1
    (photo du bas, femme du milieu, au fond)

    La bénévole qui se tient à gauche sur ce cliché vendéen nous fait boucler la boucle commencée tout à l’heure :
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/National-Learning-Network-Awards.shtml
    (4ème photo, milieu)

    ReplyDelete
  45. Mais ne quittons pas Saint-Maixent.

    Le jeune homme debout à droite sur la première photo de cette page
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Table-Quiz-Nov-2011.shtml
    est un « Maixentais » : voir le 24ème visage (autrement dit le 9ème à partir de la fin) de l’échantillon de la commune poitevine. Si l’on n’est pas trop exigeant, on peut admettre une ressemblance (je conviens qu’il y en a de plus frappantes) entre les deux personnes qui l’entourent et les 23ème et 25ème visages. Il doit y en avoir une réelle entre le 21ème visage et la fille debout à droite sur la 4ème photo.

    On peut – et on doit – aussi comparer la femme rousse de la 3ème photo et l’homme, également roux, du milieu de l’échantillon saintongeais d’Oléron (16ème portrait)
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=594

    Rien d’étonnant à pouvoir trouver en Charente-Maritime un visage proche de celui du jeune homme debout à gauche sur la 1ère photo : c’est le 11ème (à partir de la fin) de l’échantillon également saintongeais de l’Estuaire :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=598

    Points communs entre le jeune assis à droite et Clisson B7.

    ReplyDelete
  46. - Du Croagh Patrick aux neiges du Kilimandjaro

    Saint-Maixent affirme sa présence également ici:
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Croagh-Patrick-Challenge-Awards-Night.shtml

    En suivant l’ordre de l’échantillon maixentais, et non celui des photos de cette page, on peut effectuer les comparaisons suivantes :

    - Le 6ème visage de l’échantillon et la femme assise à gauche sur la 4ème photo de la page à partir de la fin
    - Le 9ème visage et la femme … de l’affiche visible sur cette même photo, mais aussi, et surtout, celle qui serre la main de l’invité d’honneur 4 photos plus haut
    - Le 11ème visage et l’homme blond de la 3ème photo (à partir du début)
    - Le 15ème visage et la femme de la 2ème photo (à partir du début) ; ressemblance probable avec la fille debout à gauche sur la photo antépénultième (3ème à partir de la fin)

    L’homme debout au milieu sur la 4ème photo à partir de la fin rappelle B8 de l’échantillon voisin de Bressuire (Anthrofrance, Haut-Poitou).
    Bressuire A6 doit trouver sur la photo ci-après, en une des filles du premier rang, un acceptable pendant :
    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/St-Josephs-Kilimanjaro.shtml

    ReplyDelete
  47. Le comté de Mayo s’honore de posséder cette montagne sacrée qu’est le Croagh Patrick.

    C'est le jour de citer un extrait de la fameuse lorica de Saint Patrick, originellement écrite en irlandais :

    Je me lève aujourd'hui
    par la force du Ciel,
    lumière du Ciel,
    lumière du Soleil,
    éclat de la Lune,
    splendeur du Feu,
    vitesse de l'éclair,
    rapidité du vent,
    profondeur de la mer,
    stabilité de la terre,
    solidité de la pierre.


    I arise today
    Through the strength of heaven;
    Light of the sun,
    Splendor of fire,
    Speed of lightning,
    Swiftness of the wind,
    Depth of the sea,
    Stability of the earth,
    Firmness of the rock.

    On voit le sommet du Croagh Patrick et sa chapelle apparaître fugitivement vers 2:10 sur ce clip :
    http://www.youtube.com/watch?v=2iUPb7y0hgE


    Je frapperai de nouveau. Au théâtre, comme il se doit…


    Xuesheng

    ReplyDelete
  48. http://www.castlebar.ie/photos/alison_laredo/Castlebar-Panto-2011-Cast-Photos.shtml

    L’attention sera retenue d’abord par la troisième photo. Et cette fois-ci, la vedette est accordée à l’échantillon d’une région située légèrement en dehors – mais à la lisière orientale – de l’ensemble Poitou - Aunis - Saintonge - Angoumois : celle de Châteauroux.

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=804

    La fille en rouge qui est agenouillée au premier plan pourrait certainement avoir la jeune femme de la 3e photo de l’échantillon comme sœur, et la même relation serait concevable entre la fille en violet du deuxième rang et celle de la 7e photo de l’échantillon (en comptant à partir de la fin). Sororité potentielle, également, entre la fille assise à droite au deuxième rang et la femme de la dernière photo ainsi qu’entre celle qui se tient derrière elle et la femme de la 15e photo (à partir de la fin). Telles sont les quatre principales convergences avec l’échantillon castelroussin. Quelques autres (par exemple avec les 4e et 10e, voire 12e portraits) pourraient sans doute, quoique plus vagues, être retenues.

    Je me risquerai à mettre deux visages du dernier rang (le 1er et le 4e à partir de la gauche) en parallèle avec deux des membres (respectivement le 13e et le 11e à partir de la fin) de l’échantillon de Haute-Saintonge :

    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=600

    Le 7e visage de cet échantillon confirme le caractère pictave de celui de la fille en rouge du premier rang.

    Deux échantillons du Centre-Ouest suffisent à cerner phénotypiquement ce petit groupe.

    On comparera le 8e visage (à partir de la fin) avec celui de l’un des deux hommes du premier cliché de cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Conway-Motors-at-30.shtml

    tandis que le 16e nous ramène à cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Table-Quiz-Nov-2011.shtml
    (1re photo, garçon debout à droite)

    ReplyDelete
  49. Je suis tenté – pour revenir à la troupe théâtrale – de rapprocher une des fillettes de la 2e photo (la choriste en violet du premier rang) du 5e visage de l’échantillon de Châteauroux, mais on ne distingue pas parfaitement ses traits. Une mise en parallèle avec la dernière photo de cette page est plus sûre (mais ressemblance seulement « globale »).

    La fille en noir assise à droite sur cette 2e photo est quelque peu intermédiaire entre le 12e visage (à partir de la fin) et le 3e (à partir du début).

    Le 11e visage invite, quant à lui, à rendre de nouveau visite aux « banquières » :
    http://www.stjosephscastlebar.com/build-a-bank12.html
    (première photo, fille de gauche)

    La ressemblance entre l’échantillon de Châteauroux et la population du Mayo apparaît encore sur cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Breaffy-Christmas-Party.shtml
    (7e photo)

    Là aussi, je laisserai au lecteur le soin d’établir les parallèles pertinents avec les 8e, 19e et 20e visages de cet échantillon. Pour le 8e, voir également la 1re photo de la page (femme de gauche).

    Quelles que soient les différences génétiques, le niveau de convergence, sur le plan phénotypique, de l’échantillon de Châteauroux avec le Mayo demeure élevé, et ce, malgré la situation déjà centrale de cette ville. Cela va tout à fait dans le sens de ce qu’écrit Heraus : « Chateauroux is undoubtedly in an Atlantic variation akin to Poitou. »

    ReplyDelete
  50. Un autre échantillon périphérique par rapport au bloc Poitou-Aunis-Saintonge-Angoumois, celui du Vitrezais (Pays Gabay),*
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showpost.php?p=3227&postcount=1

    apporte des éléments complémentaires pour ce petit groupe de la « Christmas party » : en comparer le 10e visage (à partir de la fin) avec l’une des deux « femmes en noir » debout à l’arrière-plan et le 11e visage avec l’homme**. Le 20e n’est pas sans rapport avec la femme assise à gauche.

    On peut proposer un rapprochement entre le 3e visage (à partir du début) et la femme la plus à droite sur la 9e photo de cette page :
    http://www.scoilraifteiri.com/Stair%20Comoradhd.htm


    * http://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_Gabay
    ** Voir aussi ce clip :
    http://www.youtube.com/watch?v=xOi-ewnoM1Q
    Non que la ressemblance soit plus marquée qu’avec l’échantillon du Vitrezais (elle l’est plutôt moins), mais elle confirme que le type physique de l’Irlandais est tout à fait envisageable entre Loire et Gironde. L’entraîneur et la jeune sportive dont il a la charge ont tous deux des noms vendéens.

    ReplyDelete
  51. Retour aux acteurs et chanteurs du Theatre Royal :
    http://www.castlebar.ie/photos/alison_laredo/Castlebar-Panto-2011-Cast-Photos.shtml

    5e photo : La fille en t-shirt bleu clair a un « grand frère » à Saint-Maixent :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213 (14e visage à partir de la fin)

    6e photo : La femme en rouge assise à droite assone apparemment avec l’une de celles de l’échantillon de Marennes (4e visage à partir de la fin) :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=602

    Cet échantillon charentais incite d’ailleurs à une nouvelle digression. Comparer les 10e et 12e visages (comptés également à partir de la fin) avec la femme à cheveux courts et la fillette en blanc de la 2e photo de cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Credit-Union-Poster-Competition-Nov-2012.shtml

    Le jeu de renvois pourrait continuer indéfiniment. Ainsi, l’homme de droite, sur cette photo, a lui aussi de la famille en Charente :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=601
    (11e photo à partir de la fin)

    En passant du 11e au 14e visage, nous sommes conduits au dernier cliché de cette page (la femme du milieu, dont la fille remet le 7e visage de Haute-Saintonge sous les projecteurs, bien que la ressemblance ne soit qu’approximative :
    http://www.anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=600)

    Et nous voici presque revenus à la case départ, qu’il faut résolument retrouver de nouveau :

    http://www.castlebar.ie/photos/alison_laredo/Castlebar-Panto-2011-Cast-Photos.shtml

    La femme en violet qui se tient à droite sur cette 6e photo est le pendant de Saint-Jean d’Angély C4 (Anthrofrance, Saintonge-Aunis), tandis que C3 se reconnaît – jusqu’à la coiffure – dans le premier portrait individuel de la page.

    Il a déjà été noté que la jeune fille du 5e portrait individuel reflète assez largement – avec, il faut quand même le dire, la grâce féminine en plus ! – un des visages de Saint-Maixent (le 6e à partir de la fin) :
    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=10213


    Xuesheng

    ReplyDelete
  52. Filles des druides
    Éléments de missologie celtique

    « Voici l’hiver passé, les neiges et la froidure. Voici le doux printemps, qui nous ramène aux champs. »
    (chanson du folklore français)

    Les premiers rayons de ce printemps précoce viennent, pour le malheur de mes contemporains, de m’arracher à une hibernation commencée dans la chaleur de juin. De l’hibernation à l’Hibernie, il peut n’y avoir qu’un pas. Je vais le franchir. La Verte Erin va derechef offrir le cadre de la quête poursuivie dans ces lignes : la recherche du temps perdu.

    Et pour rechercher le temps perdu, rien de tel que l’ombre – ou plutôt, nous l’allons voir, la lumière – des jeunes filles en fleur. Passons donc tout de suite à la matière. Les sept candidates à l’élection de miss Deux-Sèvres (Poitou) 2013 vont se montrer, somme toute, bonnes guides.

    Le sujet étant déjà un peu ancien et le contenu d’Internet volatile, je donnerai trois URL redondantes :

    http://m.courrierdelouest.fr/actualite/niort-qui-deviendra-miss-deux-sevres-17-05-2013-108592

    http://www.courrierdelouest.fr/actualite/niort-qui-deviendra-miss-deux-sevres-17-05-2013-108592

    http://www.niort.maville.com/sortir/infos_-Niort.-Qui-deviendra-Miss-Deux-Sevres-_53158-2339619_actu.Htm


    Mais l’heureuse élue n’était pas parmi ces six postulantes.

    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2013/05/18/video.-estelle-clerjeau-est-la-nouvelle-miss-deux-sevres-1469749/27523602-2-fre-FR/VIDEO.-Estelle-Clerjeau-est-la-nouvelle-Miss-Deux-Sevres_image_article_large.jpg

    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2013/09/08/parmi-elles-la-future-miss-poitou-charentes-1604222/29951729-1-fre-FR/Parmi-elles-la-future-Miss-Poitou-Charentes_slider.jpg



    ReplyDelete
  53. Les URL individuelles :

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/09/19/Marie-Helene-Laronde-1618224

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/05/17/Clemence-Gerard-Renoux-1468484

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/05/17/Mallaury-Siraud-1468502

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/03/26/Lea-Gouy-ambition-un-metier-dans-la-communication-1385609

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/05/17/Aurore-Planchot-1469070
    (Où l’on voit que la déesse Aurore existe. J’y reviendrai.)

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/09/18/Caroline-METTE-1616692

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Loisirs/24H/n/Contenus/Articles/2013/09/19/Estelle-Clerjeau-1617802

    ReplyDelete
  54. J’admets d’emblée les failles méthodologiques des considérations qui vont suivre. Les risques liés à un « cherry-picking » involontaire seront ici plus grands encore que dans les posts qui précèdent. Toutefois, si je pensais que les comparaisons d’aujourd’hui ne signifient rien, je ne les publierais pas. Je m’en voudrais que mon aimable lectorat perde son temps…

    Avant de passer aux mises en parallèle, remarquons que les noms des lieux de résidence indiqués dénotent la prégnance de la toponymie celtique en France quelque quinze siècles après la disparition de la langue gauloise.

    Niort : du gaulois Nouioritu (le nouveau gué)

    Nanteuil : Nantuialon (« clair-val » ; nantu : val, vallon ; ialon : clairière ou terre infertile, puis village)

    Arçais : Artiacon (sing.) ou Artiaca (plur.) : domaine(s) d’Artios (nom de personne dérivé du mot « artos » : ours – art en vieil-irlandais, arzh en breton moderne)

    (Sources : « Noms de lieu celtiques de l’Europe ancienne », « Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique », « Dictionnaire de la langue gauloise », ouvrages de Xavier Delamarre)

    ReplyDelete
  55. L’examen des noms de famille à l’aide du site Geopatronyme peut donner, au moins, une vague idée de la représentativité de ces sept Pléiades du point de vue régional.

    Laronde : pas poitevin, mais (faiblement) représenté dans les Charentes ; surtout concentré dans le centre sub-ligérien, région non dénuée d’affinités avec le Poitou

    Renoux : répandu dans tout l’Ouest, mais avec une densité particulière dans le Centre-Ouest

    Siraud : ce nom a deux fiefs : le Centre-Ouest et le Centre-Est

    Gouy : forte concentration en Loire-Atlantique ; sinon, répandu dans diverses régions de France, dont le Centre-Ouest, mais a évité soigneusement les Deux-Sèvres jusqu’à la dernière période recensée par Geopatronyme (1966 – 1990).

    Planchot : nom régional, mais concentré sur les départements maritimes : Loire-Atlantique, Vendée, Charente-Maritime. La commune de domicile indiquée pour cette candidate est, d’ailleurs, située en Charente-Maritime.

    Mette : ce nom est absent du Centre-Ouest ; ses zones de concentration sont la Normandie et le nord de la France.

    Clerjeau : originellement charentais, ce nom s’est répandu sur la partie maritime du Centre-Ouest au XXe siècle.

    Cette distribution patronymique laisse entendre que les candidates sont plus représentatives du Grand Ouest que du Centre-Ouest stricto sensu, bien que celui-ci soit ici mis en exergue, ce qui était attendu.

    ReplyDelete
  56. On n’est pas surpris de trouver facilement des pendants dans le Connacht :

    http://www.oceanfm.ie/sp/article_manager/detail/connacht_ladies_finals_on_sunday

    http://www.connachtladiesgaelic.com/gallery/219395/TG4_CLGFC_Int_Snr_Press_Release_Captains_Photo_Shoot_evening_2nd_July_2013

    La jeune femme en violet (couleur du comté de Galway) est le reflet de Marie-Hélène (en haut, à gauche, sur la photo des six candidates) et celle qui est assise à gauche (bleu et jaune : comté de Roscommon) est l’écho peu atténué de Léa (en bas, à gauche). La 15e photo de l’échantillon deux-sévrien de la Gâtine

    http://anthrocivitas.net/forum/showthread.php?t=797

    est le calque, au masculin, de la représentante du comté de Mayo (rouge et vert) et, bien qu’elle soit moins marquée, la ressemblance de la 4e photo de cet échantillon (comptée à partir de la fin) avec la femme assise à droite (comté de Sligo) confirme que ces 4 joueuses pourraient former un groupe poitevin très crédible. Il serait même possible de parler de quintette poitevin pour les cinq femmes de cette série de 12 photos.

    ReplyDelete
  57. Au demeurant, on joue aussi au football gaélique dans les Deux-Sèvres.
    Les filles de Niort Gaels :

    http://www.niortgaa.com/images/photo/Limerick2011/Femmes/386975_10150932914910624_747410623_21919509_1064351334_n.jpg

    http://www.niortgaa.com/index.php?option=com_content&view=article&id=21&Itemid=191

    On ne peut que saluer ce type d’initiative, qui montre que le temps perdu ne l’est pas pour tout le monde, et souhaiter sa multiplication. Sport et culture combinés.

    Carte des clubs de football gaélique français existants ou en projet :
    https://mapsengine.google.com/map/viewer?mid=zBlQkhjmSaPU.kNWKE2LwfauI

    Une affiche de Niort Gaels :
    https://scontent-a-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-ash3/t1/1394423_604390372957023_1937481286_n.jpg

    Pour les non-francophones qui feraient l’effort de me lire :

    « balèze en » : très bon en, très fort en
    Canal+ : chaîne de télévision française


    To be continued

    Xuesheng

    ReplyDelete
  58. Quand j’ai commencé à me pencher, il y a bientôt cinq ans, sur ces rapports entre le Centre-Ouest français et la « Plaine des Ifs » (le Maigh Eo / Mayo), il m’a semblé que la population du comté comportait une composante « namnète » (nantaise) qui devait, elle aussi, se refléter, comme pour le Bas et le Haut-Poitou ainsi que les Charentes, dans l’apparence physique des autochtones. Si la Basse-Loire avait été, comme je le supposais, un couloir d’émigration vers l’ancienne Irlande, il était vraisemblable que les habitants de la rive droite du grand fleuve n’avaient pas été que de simples spectateurs.

    Il est bien dommage que le site Anthrocivitas ait disparu, ce qui appauvrit le présent fil, car on aurait pu constater que l’échantillon d’Ancenis (rive droite de la Loire, en amont de Nantes) présente trop de ressemblances avec le premier cliché de la page ci-après pour que cela ne soit que l’effet du hasard :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Claremorris-No-Name-Club.shtml

    Une bonne moitié du groupe possède un pendant dans ledit échantillon (avec, bien entendu, des fluctuations dans les degrés de précision). La différence principale est que celui-ci comporte quelques types galaïco-portugais, qui sont absents de la photo irlandaise.

    Ne pouvant, en l’occurrence, effectuer les rapprochements habituels, je me « rabats » sur la missologie comparée :-)

    ReplyDelete
  59. Tournons-nous, par exemple, vers les candidates à l’élection de miss Pays de la Mée (nord-est du Pays Nantais) :

    http://www.ouest-france.fr/chateaubriant-les-photos-des-sept-candidates-lelection-de-miss-pays-de-la-mee-2-013-264393

    Le caractère local du panel est, à vrai dire, incertain. Sauf pour un nom italien, les centres de gravité des patronymes sont répartis dans l’ouest et le nord de la France. Cette configuration renseignera sans doute peu sur les éventuels rapports spécifiques entre le Pays Nantais et le Connacht, mais laisse entendre qu’il ne devrait pas être trop fastidieux de trouver des symétriques irlandais. Ce qui se vérifie, et à Castlebar même.

    Ainsi, cette candidate

    http://www.ouest-france.fr/photos/2013/05/03/130503182903397_68_000_apx_470_.jpg

    reflète (ou vice-versa) la Mayo Rose de 2012

    http://1.bp.blogspot.com/-HgKfa6-qyjk/UBrBj1amhpI/AAAAAAAABxo/kqr1l4o8J5U/s1600/mayo.JPG

    Et Miss du Pays de la Mée 2013

    http://www.lejournaldessables.fr/files/2013/09/6.Charline-Hivoire-Bricault-630x0.jpg

    trouve son écho en la députée qui accompagne la Rose (au milieu sur cette photo) :

    http://cf.broadsheet.ie/wp-content/uploads/2012/08/7718024b7f6b774d569e85b2b14aaaab_XL-1.jpg

    Cette charmante candidate

    http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360-p/public/2013/09/27/chateaubriant.les-photos-des-sept-candidates-lelection-de-miss-pays-de-la-mee-2-013_3.jpg?itok=VwpTdmzT

    avait, quant à elle, un reflet sur une des photos des « banquières », mais c’est maintenant invérifiable.


    Retour dans les Charentes pour la Mayo Rose de 2013

    http://www.connachtladiesgaelic.com/playerProfile/4603/Edwenia_O_Malley_Jnr_Club_Captain_2013
    https://twitter.com/helenagibbo/status/326022766237204480

    qui m’apparaît avoir un air de famille avec sa « collègue », Miss Poitou-Charentes de la même année :

    http://static1.puretrend.com/articles/4/81/98/4/@/939819-laura-pierre-miss-poitou-charente-580x0-1.jpg

    http://royan-actu.com/wp-content/uploads/2013/12/Laura-Pierre-4.jpg


    Je persiste à penser que la région où culminent les convergences phénotypiques avec le nord-ouest irlandais (ou, plus restrictivement, avec le comté qui nous intéresse ici en premier lieu) est bien le Poitou, et notamment le Bas-Poitou. Le niveau de convergence des autres régions de France doit être, pour l’essentiel, proportionnel à celui qu’elles présentent avec le foyer poitevin.

    On verra ultérieurement que le Périgord, sans doute en raison de ses rapports avec les Charentes, n’est pas exempt de telles convergences.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  60. Celles-ci apparaissent, par exemple, dans la confrontation de l’échantillon de Sarlat (Anthrofrance, Guyenne, Périgord) et de cette page :

    http://www.castlebarcu.ie/content.asp?section=240

    En se reportant à la troisième photo, on rapprochera

    - la deuxième fille à partir de la gauche et la série C7, C8, D1

    - la fille en gris et A3

    - l’homme du milieu et A8

    La fille de gauche est une assez bonne incarnation du morphotype féminin (mise en parallèle plus convaincante que celle, proposée précédemment, avec C5 de l’échantillon de Saint-Maixent, Haut-Poitou).


    Si l’on revient à cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Claremorris-No-Name-Club.shtml

    et que l’on se reporte à la deuxième photo ainsi qu’à l’échantillon périgourdin de Montignac, voisin de celui de Sarlat, deux associations, au moins, sont possibles :

    - l’homme en uniforme de la Garda et C4

    - la femme debout habillée de noir et A4/D3


    Du point de vue qui est le mien dans cette rubrique « Mayo, Connacht, Ireland », le Périgord apparaît comme une terre de transition. Les chevauchements connachtiens n’y sont pas aussi affirmés qu’en Poitou armoricain (Mauges comprises) ou en Saintonge, voire Angoumois (Cognac, Barbezieux…). La province est, entre autres différences, insuffisamment atlantide. Mais il y a, si l’on peut s’exprimer ainsi, de beaux restes, et le degré de concordance dépasse celui de contrées plus éloignées, où les recoupements avec l’ouest de l’Irlande – et a fortiori le reste de l’île – ne seraient plus que sporadiques.

    Xuesheng

    ReplyDelete
  61. C’est, aujourd’hui, le jour ou jamais de poursuivre ces indélicates « comparaisons ».

    Trois photographies, remontant déjà à 2009, de membres d’un club de jeunes de Castlebar leur serviront de support :

    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/official-club-pictures-youth-awards-2009-004.jpg
    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/youth-awards-2009-official-005.jpg
    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/official-club-pictures-youth-awards-2009-008.jpg


    Quelques remarques générales :
    Absence de types germano-nordiques accusés (Allemagne du Nord, Pays-Bas, Scandinavie).
    Le degré de robustesse (fortes mâchoires, « defined lines around the oral cavity », pour reprendre les termes d’Heraus) ne dépasse guère, si même il le dépasse, celui du Centre-Ouest français : pas de sourire de marchand d’aspirateur américain.
    Le recoupement avec la péninsule ibérique n’est pas nul, mais il est très limité.
    Plus intéressante est la différence avec l’Angleterre : on n’a pas, ni avec ces trois photos, ni avec l’ensemble des autres, l’impression d’être devant des Anglais. La seule région d’Europe qui vienne à l’esprit est l’Ouest de la France, et plus particulièrement sa partie médiane. Les comparaisons qui suivent ont, de nouveau, pour but de préciser cette impression générale.


    On se reportera d’abord à la première des trois photos

    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/official-club-pictures-youth-awards-2009-004.jpg

    et aux échantillons vendéens de Noirmoutier et Challans (Anthrofrance, Bas-Poitou)

    Échantillon de Noirmoutier :

    - D5 et la fille en blanc du 2e rang.
    - B1 et la fille la plus à droite au 2e rang
    (mais ce Vendéen évoque davantage la musicienne Gráinne Hambly, native du Mayo)
    - D2 et la fille la plus à gauche du 3e rang (robe violette)
    - D8 et la fille la plus à droite du 3e rang
    - À la rigueur, C2 et la fille en blanc du 1er rang.

    Échantillon de Challans :

    C2 et la fille assise le plus à droite


    D4 de l’échantillon de Clisson (Anthrofrance, Bretagne, Pays Nantais) a, dans une certaine mesure, anticipé le garçon du 2e rang.

    ReplyDelete
  62. Plusieurs visages avaient un écho dans des échantillons charentais et gabayes (nord-girondins). Il s’agit malheureusement dans tous les cas de ces échantillons engloutis dans le naufrage du site Anthrocivitas.
    J’avais repéré, avant ce sinistre, des pendants en Charente-Maritime pour le jeune homme assis à gauche, la fille en bleu du deuxième rang (une ressemblance proche de la gémellité avec, ici aussi, en prime, la même coiffure !), la fille en noir et blanc du troisième rang (qui peut être également rapprochée d’Angoulême B6, Anthrofrance, Angoumois), ces trois répliques se situant toutes dans l’échantillon de l’Estuaire (de la Gironde), si mon souvenir est exact.

    Pour ce qui est de l’Angoumois, quelques points communs entre Aubeterre B2 et le jeune homme au milieu du dernier rang.

    La fille en bleu du troisième rang avait, elle aussi, une résonance en Charente-Maritime. À défaut, on sortira ici des échantillons picto-charentais ou limitrophes pour la rapprocher d’une Languedocienne (Anthrofrance, Languedoc, comté de Foix, D7). Ce type atlanto-méditerranéen d’Irlande trouve très normalement un bon reflet dans une région où les faciès atlanto-méditerranéens contribuent fortement à donner le ton.

    La voisine de cette fille en robe bleu avait également un pendant en Charente-Maritime.

    J’avais noté que les quatre échantillons gabayes se montraient « coopératifs » (pas seulement dans le cas présent mais de façon générale), et ce, même les plus ibéroïdes.

    On pouvait mettre en rapport avec les sélections gabayes :

    - la fille la plus à gauche
    - la fille en rouge (troisième rang)
    - le garçon le plus à gauche au dernier rang

    La fille assise à gauche nous donne l’occasion de faire un petit saut au nord de la Loire, en Anjou :

    https://mvistatic.com/of-photos/2011/02/28/ag05_1244710_2_px_640_.jpg

    et nous offre aussi l’agrément de retrouver Aurore

    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2013/05/17/qui-sera-sacree-miss-deux-sevres-2013-1468520/miss-79-aurore/27519634-1-fre-FR/Miss-79-Aurore_reference.jpg

    ReplyDelete
  63. La deuxième des trois photos examinées

    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/youth-awards-2009-official-005.jpg

    renvoie à Noirmoutier (B7) en la personne de la demoiselle en rouge.

    Quant à la fille debout à droite, elle pourrait être de la famille de deux Angoumoisins (Aubeterre D3 et D6).

    Ce deuxième cliché (si loin, comme tous ceux qui précèdent, des représentations clichéesques des Irlandais !) est aussi l’occasion de fureter hors échantillons.

    Le panel de Cholet, sur Anthrofrance, fait partie de ceux qui sont les plus similaires à la population du Mayo.
    On est donc tenté de jeter un coup d’œil du côté des Mauges pour rechercher d’éventuels « duplicata » de ces visages irlandais.

    L’élargissement du champ de recherche à une ville de près de 60 000 habitants et à ses alentours donne accès à un vivier considérablement plus vaste que les échantillons d’Anthrofrance et réduit d’autant la valeur probante des comparaisons. Il convient donc de réduire ce champ.

    Je vais me limiter, en fait, aux deux cercles étroits que sont le conseil municipal et les « ambassadrices » de la ville (Cholet n’élit pas de « miss », mais des ambassadrices. Chaque année, les filles de 20 ans résidant dans la commune sont invitées à poser candidature à ces « postes » ; il s’agit, nous dit-on, davantage d’un concours de représentativité que de beauté).

    Les candidates de 2011 :

    https://mvistatic.com/photos/2011/02/01/of_11020120010940267000_px_640_.jpg

    https://mvistatic.com/photos/2011/01/29/of_1101291811234503000_px_640_.jpg


    Deux noms portugais (les numéros 3 et 11 de la première photo). Les autres postulantes ont des patronymes locaux ou régionaux.

    La candidate n° 7 est presque la jumelle de la « fille debout à droite » du deuxième cliché irlandais.

    Quant aux candidates 10 et 13, elles peuvent être mises en relation avec deux joueuses d’une équipe de futsal de Castlebar :

    http://www.sportsfile.com/winshare/w540/Library/SF667/482268.jpg

    (cette photo a été disponible dans une meilleure définition)


    ReplyDelete
  64. Les ambassadrices de 2010

    https://mvistatic.com/photos/2010/12/06/of_10120614592279639000_px_640_.jpg

    nous ramènent à la deuxième photo du No Name Club :

    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/youth-awards-2009-official-005.jpg

    L’ambassadrice de gauche reflète l’Irlandaise qui est la plus à gauche.

    Celle de droite donne l’occasion d’afficher la troisième photo du club

    http://www.nonameclub.ie/wp-content/uploads/2009/05/official-club-pictures-youth-awards-2009-008.jpg

    et d’opérer un rapprochement avec la fille assise au milieu.

    Ce troisième tableau a des atomes crochus avec l’échantillon guyennais du Quercy (Anthrofrance, Guyenne, Quercy) :

    - la fille du milieu de l’avant-dernier rang et A2
    - la quatrième fille du premier rang (à partir de la droite) et B7
    - la fille à côté de l’adulte, au deuxième rang et à gauche, tient à la fois de D5 et D6
    - A4 peut être mise en rapport avec le garçon placé le plus à gauche et la fille en gris clair du deuxième rang

    On peut éventuellement ajouter :

    - la fille en violet du deuxième rang et C5
    - la deuxième fille assise à gauche et A8

    Comme le Périgord, le Quercy se révèle être une zone intermédiaire. Il n’a pas le niveau de convergence de la plupart des régions du Centre-Ouest mais, bien que les Charentes aient disparu depuis longtemps à l’horizon, ce niveau est supérieur à celui de territoires européens sans rapport particulier avec l’Irlande.

    ReplyDelete
  65. Retour à Cholet

    En restant dans le domaine du sport féminin, on peut maintenant se tourner vers cette page :

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Mayo_Womens_Soccer_League_Presentations.shtml

    (voir la quatrième photo)


    La footballeuse du milieu reflète plutôt bien la conseillère municipale choletaise de ce cliché :

    http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360/public/2015/02/06/florence-dabin-et-patrice-brault-candidats.jpg?itok=5g_c_E-_

    De plus, ce second cliché

    http://www.courrierdelouest.fr/actualite/departementales-cholet-1-brault-dabin-elus-29-03-2015-213457&h=506&w=636&tbnid=5CaQb-9HppI8nM:&tbnh=106&tbnw=133&docid=96zIkeah9xUviM&usg=__rMd-28f0mzu3WDthFPeaYbZ9paA=&sa=X&ved=0ahUKEwiq5N7d1bzLAhVI0A4KHRYBCFQQ9QEIIjAC

    qui réunit 4 conseillers au premier plan (noms locaux ou régionaux), présente un « air de famille » avec la photo irlandaise (je fais allusion aux trois Irlandais de l’arrière-plan), même si celui-ci est probablement rehaussé par le hasard des expressions faciales fortuitement saisies.

    La jeune Irlandaise est un des cas, peu fréquents dans le Mayo, qui pointent vers le Pays Basque : voir A1 et C2 sur Anthroeurope, Guipúzcoa, Euskadi (Spain).

    http://anthroeurope.blogspot.com/2010/03/guipuzcoa-euskadi-spain.html


    La fille en violet de la photo irlandaise relève du même type général que cette ambassadrice de 2007, à défaut de présenter une grande ressemblance avec elle :

    http://www.choletblog.fr/blog/wp-content/uploads/2008/02/p1040514.JPG
    http://www.choletblog.fr/blog/wp-content/uploads/2007/12/p1040548.JPG
    (nom également régional)

    La joueuse de gauche appelle deux observations :

    - d’un point de vue « interne » à l’Irlande, elle incarne le morphotype féminin du comté de Clare (Munster)
    - d’un point de vue « extérieur », elle peut être rapprochée de la très jeune volleyeuse debout à droite sur cette photo prise à Saint-Léger-sous-Cholet il y a trente ans :

    http://www.stleger.info/associations/volley/1986poussines.jpg
    (tous les patronymes sont régionaux)



    Une photo de circonstance :

    http://l7.alamy.com/zooms/42e9f2e36fbe4d8faaea61ad259a87d3/teenage-girls-celebrate-saint-patricks-day-in-castlebar-co-mayo-ireland-btnj5k.jpg

    qui suggère un retour à celle-ci, déjà vue en février 2012 :

    http://lolayo-trad.blogg.org/bal-folk-13-2007-c26471154/3
    http://ekladata.com/r9AKk6vGJOvPkmLz1nFYu391pm0.jpg
    (nord de la Vendée, à environ 35 km de Cholet).

    qui avait alors été reliée à celle-ci (femme de droite) :

    http://www.scoilraifteiri.com/Images/09coisir31.jpg


    Xuesheng

    ReplyDelete
  66. Quelques observations complémentaires :
    La fille de gauche (parmi ces « teenage girls » de Castlebar célébrant, sur le mode humoristique, la fête nationale) est à rapprocher de Bressuire B8 (Anthrofrance, Haut-Poitou, département des Deux-Sèvres), dont le voisin, B7, a quant à lui déjà été mis en parallèle avec une des trente-six lycéennes de ce chœur scolaire auquel j’ai accordé une longue attention et qui, bien que la photo en ait maintenant disparu, n’a pas encore tout à fait achevé sa prestation. Il s’agissait, sauf erreur, de cette jeune personne :

    http://www.advertiser.ie/images/2011/09/43543.jpg

    qui, le monde étant souvent petit, renvoie aux équipes féminines de football gaélique du Connacht :

    https://pbs.twimg.com/media/BjaRWS2IAAAS1vR.jpg

    cet instantané (je parle ici des jeunes femmes de gauche et de droite) redirigeant vers les Deux-Sèvres : j’ai eu, dans un post précédent (il y a trois ans jour pour jour), l’occasion de signaler le cliché ci-après, qui montre les 3 lauréates du concours de beauté départemental de 2013

    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2013/09/08/parmi-elles-la-future-miss-poitou-charentes-1604222/29951729-1-fre-FR/Parmi-elles-la-future-Miss-Poitou-Charentes_reference.jpg

    ReplyDelete
  67. Balla(de)
    (Balla 10km Fun Walk/Run)

    Deux séries de photos liées l’une à l’autre m’avaient permis de constater, en accord logique avec tout ce qui a été vu jusqu’à présent, plusieurs similitudes avec des échantillons poitevins ou charentais. Ces derniers étaient, en l’occurrence, particulièrement bien représentés. Je dois déplorer une nouvelle fois qu’une partie d’entre eux ne soit plus disponible. Il m’a semblé, malgré tout, utile de joindre cet élément au dossier, même s’il est amputé de certaines de ses possibilités de vérification.

    http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Balla-10k-Race-2011.shtml

    7e photo :

    Femme de gauche et Bressuire C5, homme du milieu et Bressuire D2 ; D6 renvoie à la femme debout à gauche sur la dernière photo de la page.

    12e photo :

    L’homme en bleu est assez proche du morphotype masculin de Noirmoutier (Anthrofrance, Bas-Poitou).

    La femme assise à gauche est proche du morphotype féminin d’un échantillon de la Charente-Maritime littorale (non repris sur Anthrofrance).


    Plusieurs des visages de cette page avaient, comme il vient d’être dit, des reflets plus ou moins nets dans les échantillons charentais effacés. Ce sont :

    - la femme de la 2e photo
    - la femme debout à droite sur la 12e photo
    - les femmes de gauche et de droite de la 13e photo, qui montre, au demeurant, un petit groupe pratiquement indiscernable de ce que pourrait donner un cliché réalisé aléatoirement dans le Centre-Ouest français
    - peut-être la femme assise à droite sur la dernière photo

    La relative fréquence des correspondances charentaises s’explique sûrement en partie par le nombre élevé des échantillons (une douzaine) naguère examinés sur le site Anthrocivitas (six d’entre eux ont été reproduits sur Anthrofrance). En partie seulement, car cette fréquence n’a certainement pas que des causes statistiques.

    ReplyDelete
  68. http://www.castlebar.ie/Ken-Wright/Balla-21st-Road-Race-League_printer.shtml


    1ère photo :

    - L’homme de gauche et Barbezieux A5 (Saintonge-Aunis)


    2e photo :

    - La femme de droite et Cholet D7 (France de l’Ouest, Anjou-Maine)
    - La femme agenouillée à gauche et Barbezieux D7


    Un échantillon évanoui de Charente-Maritime aurait donné un parèdre au deuxième homme (à partir de la gauche) du premier cliché. Cette première photo fait d’ailleurs partie de celles qui, éventuellement à quelques détails près, auraient pu être prises dans le Centre-Ouest français.

    Les échantillons du nord du département de la Gironde (Pays Gabay), tous manquants, auraient pu, quant à eux, rendre compte des traits de l’homme debout à gauche sur la 2e photo et de la femme placée devant à droite sur la même prise de vue.

    Xuesheng

    ReplyDelete

I've chosen to let people comment freely on my posts. Nevertheless, you'll lose your time taunting me and calling me a fascist (which I'm really not) : I pray you to read my introduction which will reassure that my intentions genuinely aim at achieving amateurish knowledge. I understand that you may not share my passion for the history of the peopling of the World, just don't let me know as clear conscience gained by bashing a humble documentary work is useless.